Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FOOTBALL> Les résultats du week-end

L’équipe nationale burundaise de soccer beach a perdu son premier match face à celle du Seychelles (5-6)

L’équipe nationale burundaise du soccer beach est à Dar-es-Salaam, en Tanzanie pour la Copa Dar-es-Salaam 2019. Elle s’est inclinée devant les Seychelles (5-6) pour son premier match. Dans la zone Buyenzi, les championnats des cadets s’acheminent petit à petit vers la fin des phases de poules, le championnat inter-académie 2019 est, quant à lui, à sa 5e journée. Il y a eu également des matchs qualificatifs pour la ligue B. 

 Signalons avant tout que le championnat de la Ligue A Primus Ligue est en trêve et, selon le président du département des compétitions, Juma Deyi, la phase retour pourra démarrer le premier week-end du mois de janvier 2020.Commençons par l’équipe nationale du football de sable qui est à Dar-es-Salaam où elle participe à la Copa Dar-es-Salaam 2019. Elle a joué son premier match, le dimanche 22 décembre contre les Seychelles, qu’elle a malheureusement perdu (5-6). L’entraÏneur national, Jean Karumba, a demandé à ses joueurs de garder le moral au beau fixe pour affronter le Malawi (le lundi 23 décembre), l’Ouganda (le mardi 24 décembre) et pour le dernier match, elle sera opposée à la Tanzanie. Signalons que, dans l’autre match qui s’est joué le dimanche 22 décembre, l’Ouganda s’est imposé devant la Tanzanie, le pays organisateur, sur le score de 6 buts à 5. Et, selon Jean Karumba, le règlement indique que l’équipe qui aura beaucoup de points par rapport aux autres sera sacrée championne.


Le championnat des cadets Buyenzi s’achemine vers la fin des poulesPour le championnat de l’Académie de football des cadets de Buyenzi (AFCBU), il y a eu cinq rencontres au programme. Olympique de Prince a battu Hawa sur le score de 2 buts à zéro et c’est sur ce même score que Peace and Love s’est imposé devant Rukaramu city. Les clubs Amani, Rangers et Belair ont arraché les trois points respectivement face à Volontaire (1-0), Renaissance (2-0) et Arafat (3-1)Ce championnat des cadets s’achemine petit à petit vers la fin de la phase de poules. Quatre équipes, dans chaque poule, seront qualifiées pour les éliminatoires directes pour chercher les équipes qui vont monter de division.


Shalom fc et Kayanza united font match nul (2-2)Pour le match au sommet des qualificatifs pour la ligue B, Shalom fc de Ngozi et Kayanza united de Kayanza se sont séparés sur un résultat nul (2-2). Pour les autres matchs, Ac Vita s’est incliné devant Onze rapide (2-6), Saint Bazile a dominé Idéal fc par 8 buts à 1, Chenga boys est allé battre Matana fc, sur son terrain (2-0) et Tamura sprint a gagné face Chankuzo city (3-1), les Crocos de Rumonge a été tenu en échec par Tangura fc (1-1). Pour le dernier match, Garage express a corrigé Pigeon fc de Cibitoke par 16 buts à 1.


Messager Cibitoke s’impose devant Top Junior (3-0) Le championnat inter-académie de football, édition 2019, s’est joué pour le compte de la 5e journée. L’Académie Messager de Cibitoke a arraché les trois points devant l’Académie Top Junior de Kayanza (3-0). New académie Rumonge s’est imposé de justesse devant Académie Mutima (3-2), courte victoire pour Pigeon de Cibitoke devant Day to Day (1-0), match nul (3-3) entre Académie Rumonge city et Académie Musongati. Académie Aigle noir Ruyigi et Académie Makamba ont gagné leurs matchs respectivement devant Académie Meca Bujumbura (3-0) et Académie Agasaka Ngozi (3-0).

Kazadi Mwilambwe 

 

CCFI> Promotion de la musique traditionnelle

Sa réussite donne de la valeur à la culture et à l’histoire du pays

 

0000012CC1Dans un entretien accordé au quotidien Le Renouveau le 20 décembre 2019, deux artistes de la musique traditionnelle du Centre culturel Femidejabat indataburundi (CCFI), Mathias Mujuriro et Joseph Torobeka ont convergé sur la même idée selon laquelle la musique traditionnelle incarne la culture et la tradition burundaises, raison pour laquelle elle mérite une place considérable dans la société burundaise.
Tous les deux artistes, ténors de la musique traditionnelle, disent qu’ils se réjouissent de la création de ce centre du fait qu’il va contribuer à inculquer le contenu de ce genre de musique aux générations futures. C’est ainsi qu’ils ont remercié le représentant légal de la Fondation Felidejabat, Felicien Minani Nsabiyumva, pour avoir créé ce centre qui contribuera à la promotion de la musique traditionnelle et à l’éducation socioculturelle. Selon M. Torobeka, la formation des jeunes en musique traditionnelle leur donnera une force considérable qui leur permettra de maintenir aussi longtemps que possible les messages historiques véhiculés dans cette dernière. Il a ajouté que la musique d’inanga, d’umuduri, d’ikembe, d’umwironge et autres ont une signification par rapport à l’histoire du Burundi. Dans ce sens, les jeunes ont l’avantage d’apprendre à la fois la musique traditionnelle et aussi l’histoire de leurs ancêtres. Alors que la musique moderne influence la jeunesse au point de rompre avec sa culture, M. Torobeka a fait savoir que la musique traditionnelle a une grande célébrité et offre une ambiance musicale si elle est bien traitée par les personnes en ayant des connaissances approfondies dans le maniement des instruments traditionnels. Il a donné un exemple des célèbres chanteurs comme Bernard et Alfred qu’ il a dit avoir formé. 

Les instruments traditionnels étaient joués selon l’occasion

Dans son intervention, M. Mujuriro a insisté sur l’importance de la musique traditionnelle dans la transmission de l’histoire. Quant à la musique d’inanga, il a expliqué qu’elle était jouée pour accompagner le roi au sommeil. Il  a ajouté que pendant la célébration de la fin d’année (Kurya umwaka), le chef du foyer entouré par les membres de la famille jouait aussi l’inanga.  Il a précisé qu’il s’agissait non seulement de la musique mais aussi des conseils à travers les chants qui accompagnaient la musique. Pour l’umuduri et l’ikembe, il a dit qu’on s’en servait pendant le voyage pour se donner le courage contre la fatigue alors que l’umwironge servait aux bergers pour éloigner la solitude et créer une bonne ambiance au troupeau.  Les deux artistes ont profité de l’occasion pour solliciter un appui tant du gouvernement que d’autres bonnes volontés afin de reconstruire la musique traditionnelle et la culture. 

Fiacre Nimbona

 
Ouvrir