Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUSIQUE> Entretien avec le chanteur surnommé « Musumari »

«En chantant, je contribue doublement à l’édification de la société»

 

IMG 0068Gérard Nkurikiye est un chanteur burundais connu sous le sobriquet de Musumari. Dans un entretien avec le journal « Le Renouveau » le mardi 22 octobre 2019, il a fait savoir qu’il a sortie de nouvelles chansons qui témoignent qu’il est toujours sur la scène musicale.  

 

Selon le chanteur Gérard Nkurikiye alias «Musumari», la musique est pour lui plus qu’une occupation, un gagne-pain. Il a fait savoir que le défi majeur dans ce domaine est qu’il y a des gens qui s’improvisent chanteurs et qui veulent enfreindre les lois du métier. M. Nkurikiye a indiqué qu’il considère l’art de chanter comme un métier, car il peut vendre quelques CD (disque compact) à cent mille francs (100 000 FBu). Le reste après avoir rémunéré le producteur revient à l’artiste. Notre chanteur anime aussi des karaokés. «Je participe aux karaokés car, les Burundais aiment l’ambiance des bars où ils peuvent manger et boire mais aussi écouter de la musique en famille. Le karaoké permet aussi à l’artiste de rester en contact avec le public afin de garder la popularité. Pour un artiste, le karaoké donne accès aux différents publics et c’est ainsi que de nouveaux marchés peuvent naître», a-t-il dit.

Il a conseillé aux chanteurs d’éviter les thèmes violants     

«A l’église on dit souvent que celui qui chante bien prie deux fois. Ainsi, je considère qu’en chantant je contribue doublement à l’édification de la société burundaise», a-t-il indiqué. Il a expliqué qu’avec l’appui de son manager Blaise Nyaboho, archevêque de l’église anglicane, il a pu produire de nouvelles chansons qui sont sur u-tube. Ce sont notamment les chansons «Ryogori», «Nimuce mwitahira» qui sensibilisent la jeunesse à la lutte contre le sida ainsi que la chanson «Iyo twavukiye» qui vante la tradition burundaise. Selon lui, ces nouvelles œuvres témoignent qu’il est toujours sur la scène musicale. Il a souligné qu’à travers ses nouvelles chansons, il va surtout donner des conseils à la population pour les élections libres et apaisées. Il a conseillé à ses confrères chanteurs d’éviter les thèmes qui pourraient choquer l’une ou l’autre partie.        

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir