Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE NGOZI> IVe Rallye automobile de Ngozi

« Pour célébrer les cents ans de l’existence de la ville de Ngozi »

00000012ppoLe 4e Rallye automoblie de Ngozi démarre le samedi 7 décembre 2019 pour se terminer le dimanche 8 décembre à 14h30. Vingt-cinq équipages prendront part à cette course dont le départ officiel sera donné devant les bureaux de la province de Ngozi, à partir de 10h30. Ce rallye s’inscrit dans le cadre de la célébration de cents ans de l’existence de la ville de Ngozi. Le rallye couvrira un parcours de 380 km.
Selon la consultante en communication Ingomag, Nora Ndizeye, le comité d’organisation du Centenaire de la  ville  de  Ngozi s’est  réuni  en  date du 21 novembre pour annoncer le début de cents jours vers cents ans d’existence de la ville de Ngozi. Pendant cette période de cents jours, du 21 novembre 2019 au 29 février 2020, date à laquelle on va célébrer le centenaire, il y a une activité sportive, organisée par le club automobile du Burundi, qui s’inscrit dans la célébration du Centenaire de la ville de Ngozi.Pour cela, a dit Mme Ndizeye, il y aura une participation de 25 équipages avec une participation de cents acteurs. Le nombre « 100 » symbolise les cents ans d’existence de la ville. Ensuite le nombre « 100 » se définit par : 25 équipages signifiant que chaque voiture a un pilote et un copilote, ce qui fait 50 membres d’équipage ; chaque voiture possède un assistant et un controleur, cela fait  aussi 50,  ce qui revient à cents ans de la ville de Ngozi. Il y aura donc 50 participants et 50 officiels.Pour Nora Ndizeye, on parle de 100 jours pour célébrer les 100 ans d’existence de la ville  de  Ngozi avec 100  acteurs  qui  participent  au  rallye  de Ngozi appuyés par 100 partenaires pour mobiliser 100 x 100 spéctateurs qui vont repondre à ce rendez-vous (c'est-à-dire 10 000 spectateurs).

Cinq équipages de l’Académie le Messager seront du nombre

Selon Elysée Niyubahwe, chargé de la Communication au sein de l’Académie le Messager, celle-ci, a-t-il dit, sera représentée dans cette compétition par cinq équipages. Les coéquipiers de Désiré Aimable Uwamahoro ont l’ambition de rééditer l’exploit du rallye de l’Imbo (avril 2019, surtout que le rallye de Gitega (août-septembre 2019) s’était soldé par un échec du côté de l’Académie le Messager (un accident et deux pannes techniques).Les noms des pilotes et copilotes de l’Académie le Messager ainsi que leurs voitures : Désiré Aimé Uwamahoro et Prince Basabose (Subaru), Faida Philbert et Pascal Ntirampeba (Mitsubishi), Désiré Prime Uwikunda et Jean Paul Bayubahe (Subaru), Godefroid Niyonsaba et Yves Gateretse (Toyota), Lionel Nkurunziza et Nestor Riyazimana.

Kazadi Mwilambwe

 

RESEAUX SOCIAUX> Leur impact sur la sécurité

 

La population doit savoir comment trier les informations circulant sur les réseaux sociaux

00000a00a12Actuellement, les réseaux sociaux sont devenus des dépotoirs de toutes choses, bonnes et mauvaises ayant le pouvoir de construire ou de détruire. La plus grande partie des choses y lancées ont un grand impact sur la sécurité. Les malfaiteurs, certains politiciens et hommes d’affaires dans la création des faux médias, profitent de ces réseaux pour diffuser des fausses informations qui sèment de la zizanie et créent enfin de l’insécurité.


Les réseaux sociaux sont parmi les choses qui sont en train de conquérir le monde d’aujourd’hui. Actuellement, même pour le tout petit enfant, le premier chose rêvé est de se connecter aux réseaux sociaux. C’est pour cette raison que les hommes politiques ou d’affaires, les malfaiteurs ou toute autre personne qui veut déstabiliser la population passent par les réseaux sociaux, là où ils attrapent la plus grande partie de la population de par le monde.Les utilisateurs des réseaux sociaux doivent user de leur vigilance sur les informations qui y sont recueillies. Ils doivent savoir que même les terroristes utilisent souvent ces réseaux pour commettre des crimes, soit par tromperie ou par d’autres moyens. La plupart des médias en ligne sont créés dans le but de déstabiliser la sécurité du pays et se procurer de l’argent en provenance de leurs bailleurs, et chaque consultation ou « vu » faite est payé. C’est pour cette raison qu’ils essayent de créer des choses qui incitent les gens à suivre leurs médias sans se soucier de leur impact sur la sécurité et la vie de la population. C’est le cas par exemple des informations diffusées récemment par certains faux médias en ligne du Rwanda sur la situation du Burundi qui sont entièrement fausses, selon les éclaircissements donnés par le ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes.
Les réseaux sociaux, des épées et le feu qui sont en train d’être utilisésD’après Martin Nsengiyumva, un retraité et M. Ntahintirije, les réseaux sociaux sont des épées et le feu qui sont en train d’être utilisés pour tuer et briser les cœurs des peuples sans le savoir. Ils ont souligné que beaucoup de gens vivent dans l’état de l’insécurité et de panique à cause des faux propos recueillis sur les réseaux sociaux. «Même la plupart des gens qui ont fui le pays, la cause majeure a été la circulation d’informations diffusées par ces réseaux », a précisé M. Ntahintirije. Les raisons sociaux ne présentent pas seulement un danger sur la sécurité du pays, mais également sur celle de l’individu. C’est le cas des voleurs qui utilisent ces réseaux pour escroquer les gens et des accidents routiers qui se produisent souvent à cause de ces réseaux. Il faut que la population sache comment trier les choses circulant sur les réseaux sociaux. Des mesures sévères de la part du gouvernement  s’avèrent nécessaires pour trouver la solution à ce problème afin de protéger les citoyens. Il faut qu’il y ait des sensibilisations partout dans le pays pour que les habitants sachent qui diffusent ces informations et leurs objectifs.

Julien Nzambimana

 

Page 1 sur 514

Ouvrir