Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

POLICE JUDICIAIRE> Présentation des personnes accusées de crimes

Quatre personnes ont été appréhendées

 

DSC04440Quatre personnes ont été appréhendées par la Police nationale du Burundi, dans la province de Bubanza. Elles sont accusées d’avoir commis différents forfaits dans les provinces de Bubanza et Bujumbura. 

 

La Police nationale du Burundi a procédé, le lundi 15 juillet 2019 dans les enceintes de la Police judiciaire de Bujumbura, à la présentation de quatre personnes accusées.

Trois fusils de type kalachnikov saisis

Selon le porte-parole de la Police nationale du Burundi, Pierre Nkurikiye, les quatre personnes ont été arrêtées en date 11 juillet 2019, lors de la réplique contre eux sur la colline Ndava-Busongo de la zone Buramata en commune Gihanga de la province de Bubanza. Deux autres criminels, à savoir Rénovât Bigirimana et Hyppolite Ndayisabas sont morts sur le champ au cours de cette action, selon toujours M. Nkurikiye. A ce moment, trois fusils de type kalachnikov ont été saisis dont deux parmi eux appartenaient à deux policiers qui avaient été assassinées dans la chronologie des actes criminels. 

Pas mal de forfaits commis

Les crimes enregistrés ont été commis depuis le mois de mars. Pierre Nkurikiye a relevé les principaux crimes commis. Il a dit que ce groupe a tendu une embuscade aux deux policiers, APC Jean Simbagoye et APC Léonard Nshimirimana qui allaient secourir la population sur la colline Mutara de la zone Maramvya en commune Mutimbuzi de la province de Bujumbura. Ces policiers sont morts sur le champ et les criminels ont pris leurs armes. Sur la colline Gitanga, zone Murambu, dans la province de Bubanza, le même groupe a tué un certain Jean Paul Ndagijimana. Au niveau de la transversale 7 sur la colline Musenyi, zone Murengeza en commune Mpanda de la même province, le groupe a tué un commerçant du riz, Léopold Miroha. Ledit groupe a également lancé une grenade suivie des tirs sur une antenne de la police à Gihanga blessant un policier. Sur la colline Rubira, transversale 10, ces criminels ont tué un vendeur de viande, Apollinaire Bizimana. Sur la colline Rugenge de la zone Butanuka en commune Mpanda, ils ont tiré 38 balles sur une permanence locale du parti CNDD-FDD brisant ses vitres. Sur la colline Ndava-Busonga, ils ont tendu une embuscade sur un camion benne et  dépouillé le chauffeur d’un  million de FBu. Sur la même colline, ils ont blessé un certain Samson Karenzo. Celui-ci a permis aux forces de sécurité de saisir une arme de ces criminels à partir de laquelle l’enquête a été vite accélérée jusqu'à pouvoir identifier tout le groupe. Sur la colline Rugenge en commune Mpanda, ils ont volé une somme de deux cent trente mille francs burundais au domicile d’un certain Jean Hamissi. Dans le village 5 de la zone Gihanga, ils ont attaqué le domicile d’un certain Désiré Ndereyimana, commerçant du riz qui  a succombé à ses blessures. Ils ont pris un montant compris 10 et 15 millions de FBu. Pierre Nkurikiye a, en outre, informé que des tonnes de produits vivriers ont été saisie dans les provinces de Muyinga, Ruyigi et Cankuzo. Ces produits allaient être exportés dans les pays frontaliers du Burundi. Il a informé au public que la mesure qui interdit l’exportation des produits vivriers reste d’application.

ERIC MBAZUMUTIMA

 

SNR> Communication sur le matériel volé de la Regideso

La perte est évaluée à plus de soixante-quatorze millions trois cent-vingt-huit mille francs burundais

 

DSC 0773Le porte-parole du ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes, Pierre Nkurikiye, a donné le 15 juillet 2019 une communication au Service national de renseignement(SNR) sur un groupe de onze(11) personnes qui ont été appréhendées pendant qu’elles faisaient les actes de vandalisme du matériel de la Régideso dans les différents quartiers de la mairie de Bujumbura.   

 

M. Nkurikiye a fait savoir que ces malfaiteurs ont été appréhendés les 6 et 7 juillet 2019 dans la zone de Kamenge. Il a indiqué que ce groupe est dirigé par un certain Nzitonda Ntirandekura alias Mukono. Celui-ci était chargé aussi de couper l’électricité pour que les autres puissent voler ces objets. M. Nkurikiye a précisé que tous les membres de ce groupe qui se livrait aux actes de vandalisme des objets de la Régideso a été complètement démantelé. Ces malfaiteurs avaient déjà commis plusieurs forfaits concernant  le matériel électrique de la Régideso. Pour le cas précis, la police a  saisi plus de 80 kg de cuivre jaune qui a une valeur de soixante quatorze millions trois cent -vingt- huit mille francs burundais (74 328 000 Fr Bu). M. Nkurikiye a saisi l’occasion pour remercier les forces de sécurité qui ont pu démanteler ce groupe ainsi que la population qui a collaboré avec ces forces de sécurité jusqu’à ce que ce groupe soit démantelé.   

Les  acheteurs du matériel de la Régideso ont été mis en garde

Toutefois, il a fait un clin d’œil à la population qui s’enfout de ces actes de vandalisme. Et il l’a invitée à rejoindre les autres pour lutter ensemble contre de tels actes. Car, en réalité ces objets de la Régideso appartiennent en définitive à la population. C’est pourquoi cette dernière doit comprendre que c’est une affaire qui concerne tout citoyen. Ainsi, M. Nkurikiye a mis en garde toutes les personnes qui achètent les objets volés de la Régideso dans les différents marchés tant nationaux qu’internationaux. Car, il y a des informations qui, disent que par exemple, ce cuivre jaune traverse les frontières, a précisé M. Nkurikiye. Il a souligné aussi que la police les tient à l’œil et va les appréhender et les traduire en justice afin qu’ils répondent de leurs actes qui nuisent en réalité à tout le public.

Une prime est prévue pour ceux qui dénoncent les malfaiteurs

Le directeur général de la Régideso, Siméon Habonimana, a quant à lui remercié la police pour avoir mis la main sur ces malfaiteurs qui se livraient aux différents actes de vandalisme dans les cabines de la Régideso depuis le 20 avril 2019 jusqu’au 6 juillet 2019. Il a indiqué que le préjudice subi n’est pas seulement le coût lié au remplacement de ces objets volés, mais il y a aussi la coupure de l’électricité aux abonnés de la Régideso. M. Habonimana a invité toute la population à veiller sur les équipements de cette société qui est une entreprise publique qui est au service de la nation. Car l’eau c’est la vie et l’électricité est le poumon du développement. C’est pourquoi la population doit s’y impliquer davantage pour dénoncer les malfaiteurs.Il a saisi l’occasion pour remercier les habitants  des quartiers Kabondo et Gasekebuye qui ont pris l’initiative d’assurer eux- mêmes le gardiennage des cabines de la Régideso. Car, ils ont constaté que le vandalisme de ces objets leur a privé l’électricité. Aussi, M. Habonimana a précisé que la Régideso a prévu une prime pour ceux qui dénoncent les malfaiteurs qui volent ses objets. 

FIDES  NDEREYIMANA

 

RESOLUTION DES CONFLITS> Rôle des prédicateurs

La Bible est un outil de réconciliation des gens en conflit

 

DSC 4738Les prédicateurs jouent un rôle primordial dans la résolution des conflits qui surviennent souvent dans la société. Ils parviennent à résoudre ces conflits sur base de la parole de Dieu accompagnée par des versets bibliques. Les conflits qu’ils résolvent souvent sont des conflits familiaux. Quelques fois, ils rencontrent des difficultés lorsque tous les concernés ne sont pas des croyants.

 

Dans un entretien de la rédaction du quotidien «Le Renouveau», le lundi 10 juin 2019, avec le représentant de la succursale de Nyakabiga de l’église Pentecôte, Pasteur Appolinaire Ndayishimiye, ce dernier a fait savoir que quelques fois des personnes en conflit viennent à cette succursale pour demander des conseils suite aux problèmes qui sont posés.M. Ndayishimiye a fait savoir que les conflits rencontrés sont multiples. Parmi ces conflits, il cite des conflits liés à la méconnaissance des droits et devoirs de chacun dans la famille, au refus de connaître la responsabilité de chacun là où l’homme se sent maître et capable de décider lui seul dans la famille, au manque de tolérance, au manque de transparence au niveau de la gestion des biens et aussi aux violences physiques. « Le manque de communication dans la famille, l’usage abusif de l’internet et l’infidélité sont aussi les grands problèmes que nous rencontrons souvent dans les conflits familiaux», ajoute-t-il.

Résolution des conflits

M. Ndayishimiye a indiqué qu’il fait lire premièrement la Bible pour résoudre tout problème qui se pose dans la société. Par exemple, s’il y a des conflits de soumission entre l’homme et la femme, il peut faire recours aux versets bibliques disant «Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur» ou «Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise et s’est livré lui-même pour la délivrer». Chaque verset est utilisé selon la sorte de conflit. M. Ndayishimiye a fait savoir que les difficultés ne manquent pas. Parfois, il rencontre des personnes en conflit qui ne sont pas des croyants. Dans ce cas, il devient difficile de pouvoir les réconcilier du fait qu’ils ne digèrent pas la parole de Dieu, alors que la Bible est un outil de réconcilier les gens en conflits. D’où, les procès naissent.M. Ndayishimiye fait appel aux gens de lire souvent la Bible pour avoir toute sorte de réponse aux problèmes qui se posent. Dans ce cas, les gens n’auront pas même besoin d’exposer leurs problèmes, ajoute-t-il.
                                   

Julien Nzambimana (stagiaire)

 

Méthode contraceptive> Sayanna press

C’est une injectable sous cutanée, renouvelable après trois mois

 

IMG 201Sayanna press est l’une des méthodes contraceptives qui aident à espacer et à limiter les naissances pour réussir la planification familiale. C’est une injection sous cutanée qui est renouvelable après trois mois. 

 

Dans un entretien qu’elle a accordée au quotidien Le Renouveau, la chargée de la Santé de la reproduction au UNFPA (Fonds des Nations unies pour la population), Yolande Magonyagi a fait savoir que Sayanna press est l’une des méthodes contraceptives presque nouvelle ici au Burundi. C’est une injection sous cutanée qui peut être renouvelée chaque trois mois selon les choix de l’utilisatrice. Dr Magonyagi a indiqué qu’étant donné que cette méthode est nouvelle, elle est introduite d’abord dans les provinces du Nord notamment à Kayanza, Ngozi, Karusi, Muyinga et Kirundo. Mais, elle va être utilisée dans tout le pays au cours de cette année 2019. Et, selon les témoignages des utilisatrices, ladite méthode est plus avantageuse qu’une autre injectable habituellement utilisée. « Pour utiliser Sayanna press, celles qui le veulent se présentent aux structures de soins qui distribuent différentes méthodes contraceptives. Pour la première fois,  ce sont les prestataires de soins qui font cette injection sous cutanée. Pour d’autres fois, les utilisatrices peuvent le faire à elles seules sans faire recours aux prestataires de soins. Contrairement à cette nouvelle méthode, l’injectable habituellement utilisée est intraveineuse. Par conséquent, elle doit être donnée seulement par les prestataires de soins », a-t-elle mentionné.    Notre source a précisé que la méthode contraceptive Sayanna press présente différents avantages aux utilisatrices. Ces dernières n’ont plus besoin de parcourir des distances pour aller chercher des méthodes contraceptives auprès des structures de soins. De plus, cette méthode crée une intimité de celle qui l’utilise car, personne ne peut savoir si elle est sous une méthode contraceptive puisque c’est elle-même qui s’injecte Sayanna press. De ce fait, celle qui l’utilise échappe aux pesanteurs culturelles qui prétextent que certaines méthodes contraceptives viennent pour interrompre la naissance des jeunes générations. Dr Magonyagi profite de l’occasion pour rappeler qu’il y a d’autres méthodes contraceptives utilisées dans le cadre la planification familiale. Tout dépend du choix de celle ou celui qui veut les utiliser.      

Rose Mpekerimana

 

Page 1 sur 390

Ouvrir