Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière du mardi 15 octobre 2019

Questions orales avec débats adressées au ministre de la Privatisation et celui de l’Intérieur

 

DSC05978Les députés se sont réunis en séance plénière sous la présidence du Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Agathon Rwasa, le mardi 15 octobre 2019. Les députés ont posé diverses  questions au ministre  de la Décentralisation et de la réforme institutionnelle, Jean Bosco Hitimana et celui de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local, Pascal Barandagiye. Elles étaient en rapport avec la décentralisation. 

 

En séance plénière du mardi 15 octobre 2019, les deux ministres étaient invités pour répondre aux questions des députés. Il s’agissait de Jean Bosco Hitimana, ministre de la Décentralisation et de la réforme institutionnelle et de Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local. Les députés ont voulu savoir les raisons majeures qui empêchent la mise en application de la loi n°1/33 du 28/11/2014, portant révision de la loi n°1/02/ du 25 /1/2010 portant organisation de l’administration communale et la loi n°1/16 du 25/03/2015, portant modalités de transfert des compétences de l’Etat aux communes.  Les députés ont exprimé l’inquiétude selon laquelle le transfert des compétences se heurte le plus souvent à la réticence des autorités hiérarchiques qui ne veulent pas perdre une force dans leurs compétences.  Ils se demandent si ce ne serait pas le cas au Burundi. Le ministre Hitimana a tranquillisé ; il reprend d’abord la responsabilité de son ministère de produire différents documents de travail à transmettre aux administrateurs communaux. Il a souligné ainsi que la  décentralisation  est une politique du Gouvernement, un processus en cours. Les députés ont  également évoqué la loi qui régit l’administration de la mairie de Bujumbura. 

La mairie à une particularité 

Le ministre  Barandagiye a précisé que la mairie a un statut spécifique d’où l’administration diffère de celle des autres provinces, des autres communes de l’intérieur du pays. La question en rapport avec la loi n°1/02 du 3/03/2016 portant réforme de la fiscalité communale au Burundi  qui est appliquée mais que le constat est que la mairie collecte les taxes de différentes natures, si certaines ne seraient pas collectées par l’Office burundais des recettes. Le ministre Barandagiye a souligné que la loi qui laisse les charges à la mairie lui laisse aussi les moyens pour les couvrir, c’est une question de loi allant dans ce sens.  Il a dit que la situation n’est pas alarmante et que les préoccupations des députés sont partagées avec le ministère. Il les a invités à se pencher profondément sur ces lois qui soulèvent des inquiétudes de façon à rester avec des articles clairs.  Ils présentent le problème des fonctionnaires des communes urbaines où pour quelques dossiers, ils les traitent mais sont mis en application au niveau de la mairie. Ils souhaitent que l’évaluation des performances tienne compte des réalisations faites par telle ou telle autre commune. Sur la question de la délimitation de la mairie, les députés ne comprennent pas pourquoi la délimitation qui est là qui est connue, il y ait des désirs d’agrandir la mairie selon l’agrandissement de la ville, la naissance des autres quartiers. Pour eux,  les nouveaux quartiers doivent être dirigés dans les provinces où ils naissent. M. Barandagiye a dit que le projet de loi relatif à  la délimitation de la ville de Bujumbura et la province de Bujumbura a déjà été élaboré et sera bientôt présenté à l’Assemblée nationale pour approbation.  A propos des différentes  lois qui sont en vigueur, les députés souhaitent avoir ces lois pour faire le suivi de leur application. Jean Bosco Hitimana a précisé dans le processus de décentralisation qui est là, que l’on va se retrouver un jour dans une fonction publique communale. 

Alfred Nimbona

 

MINISTERE EN CHARGE DE LA GESTION DES CATASTROPHES> Célébration de la Journée internationale de la prévention des catastrophes

Gaston Sindimwo souhaite que les travaux de réhabilitation de l’ancien lycée de Vugizo commencent

 

DSC 0214Sous le haut patronage du Premier vice-président de la république du Burundi, le ministère de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes, en collaboration avec le programme des Nations unies pour le développement (Pnud) au Burundi et l’Organisation internationale des migrations, a organisé les cérémonies marquant la Journée internationale de la prévention des catastrophes le samedi 12 octobre 2019 à Bujumbura. Cette année, elle  a  été célébrée sous le thème : « La réduction  des dommages aux infrastructures essentielles sauve des vies et évite des pertes économiques ». 

 

Les cérémonies  marquant cette journée ont été  débutées par une visite guidée du Premier vice-président de la République Gaston Sindimwo à l’ex-lycée Vugizo situé au quartier Kiriri, et à la rivière Ntahangwa, pour se rendre compte de l’état d’avancement des activités de protection des berges de cette rivière, ainsi que les maisons et autres infrastructures des quartiers Kigobe et Nyakabiga. Dans son discours, Alain Guillaume Bunyoni, ministre en charge de la gestion des catastrophes, a d’abord informé que le 13 octobre de chaque année, le monde célèbre la journée internationale dédiée à la prévention des catastrophes. M. Bunyoni a ensuite  ajouté que   la célébration de cette journée offre une meilleure occasion aux Etats et gouvernements de passer en revue les différentes réalisations en matière de gestion et de prévention des risques et catastrophes afin de prendre des mesures adéquates  pour améliorer le système de prévention. Au moment où la question de l’environnement et de prévention des catastrophes concerne tout le monde, M. Bunyoni  a beaucoup instisté  sur certains habitants qui continuent de violer  les lois de la protection de l’environnement par le déboisement de certaines forêts ainsi que les feux de brousses qui s’observent fréquemment sur certaines montagnes pendant la saison sèche.En se référant sur le thème principal de cette année, il  a précisé que le ministère en charge de la gestion des catastrophes s’engage à appuyer et soutenir d’une façon très remarquable le département chargé de la prévention des catastrophes en lui accordant des moyens suffisants, et en organisant des séances de formation pour le renforcement des capacités à l’endroit de tout le personnel de ce département. 

« Le thème de cette année coïncideavec le PND du Burundi »

Gaston Sindimwo, Premier vice-président de la République, dans son discours de circonstance a indiqué que le thème qui a été choisi cette année a une coïncidence avec le Plan national de développement du Burundi  (PND 2018-2027), dans lequel sont prévues beaucoup d’activités inscrites dans le cadre  de la gestion et  la prévention des risques et catastrophes dans notre pays. M. Sindimwo  a signalé qu’après les visites qu’il a effectuées  au lycée Vugizo et à la rivière Ntahangwa, nul ne peut ignorer que  beaucoup d’infrastructures de la ville de Bujumbura font face à un gros risque de tomber en catastrophes.  « Et ces dernières entrainent beaucoup de pertes en vies humaines et économiques », a affirmé M. Sindimwo. Ce dernier a informé qu’à travers le Projet d’urgence pour la réhabilitation des infrastructures (Puri), réalisé  en collaboration avec la Banque mondiale, beaucoup d’infrastructures ont été réhabilitées tandis que d’autres sont en cours. A ce sujet, il a cité la route Bujumbura-Kanyaru, certaines rivières traversant la ville de Bujumbura et la rivière Ntahangwa sur le pont de la République qui est à sa première phase de construction. 

Bientôt, les travaux de protection du lycée Vugizo vont commencer

M. Sindimwo a aussi profité de cette occasion pour féliciter les ministres ayant l’environnement et celui ayant la gestion des catastrophes dans leurs attributions pour les efforts investis et le pas franchis en matière de réduction des catastrophes. Il a ensuite demandé au maire de la ville de Bujumbura, actuellement président de la Commission chargée de la prévention des catastrophes de réunir toutes les parties prenantes afin de trouver des solutions ensemble. « Dans le  but de continuer de protéger les infrastructures d’intérêts publics, nous demandons aux concernés de regrouper toutes les études qui ont été effectuées sur le lycée Vugizo afin  que les travaux pour sa protection puissent bientôt commencer », a insisté M. Sindimwo. Du reste, il a promis que le gouvernement du Burundi en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers ne ménagera aucun effort pour venir en aide aux victimes de  catastrophes  au niveau de tout le pays. 

Avit Ndayiragije

 

Communiqué de presse du parti CNDD-FDD> A l’occasion de la commémoration du 58e anniversaire de l’assassinat du prince héros de l’indépendance

« La lutte du Prince Louis Rwagasore n’a pas été vaine »

 

A l’occasion de la commémoration du 58e anniversaire de l’assassinat du prince Louis Rwagasore, héros et martyr du recouvrement de la souveraineté nationale du Burundi, par les ennemis de la paix et du peuple, le parti CNDD-FDD se joint à toute la population burundaise pour honorer sa mémoire, lui qui jusqu’ au dernier souffle de sa vie bien remplie, aura catégoriquement refusé toute compromission avec le régime colonial.  

 

En ce jour historique, un vibrant hommage est rendu à ce vaillant Héros qui a payé de sa vie son engagement à lutter pour le recouvrement de l’indépendance, la liberté, la grandeur du Burundi, la justice sociale par des solutions visant l’épanouissement du peuple. Assassiné pour l’amour qu’il avait pour sa mère patrie, assassiné par les impérialistes qui voulaient voir le Burundi toujours dans la totale et humiliante soumission. Un hommage bien mérité à sa bravoure lors de la lutte pour l’autodétermination du peuple burundais au moment où certains de ses congénères à la solde du colon clamaient que l’indépendance du Burundi à ce moment était précoce. En effet, le leg de la Belgique n’a été que division et discrimination, incitation à la haine ethnique et à la violence. C’est un anti-modèle qui ne fait qu’entretenir le sous-développement et bloquer le bien-être des citoyens. Juste au début du mouvement indépendantiste, la Belgique s’est attelée à l’étouffer notamment par l’assassinat des grandes figures de la lutte pour l’indépendance immédiate, comme le  héros que nous commémorons en ce jour et ses collaborateurs et cela en vue de  défigurer le parti de l’indépendance, Uprona, en y intégrant ses valets du PDC, le parti Démocrate-Chrétien.A partir de ce moment, elle a instauré le néocolonialisme, consacré des régimes totalitaires et discriminatoires qui régnèrent sur le Burundi des décennies durant pour le grand malheur du peuple.En cette journée historique du 13 octobre, le parti CNDD-FDD porte à la connaissance de la communauté tant nationale qu’internationale ce qui suit:
1. Le parti CNDD-FDD rend grâce à Dieu qui a béni le Burundi par la vie du prince Louis Rwagasore, et ses compagnons de lutte Pierre Ngendandumwe, Paul Mirerekano et d’autres qui, dans l’unité, ont milité pour l’indépendance immédiate du Burundi. Hommage à Dieu qui les avait dotés de qualités humaines, physiques, morales et intellectuelles hors pairs, patriotisme, clairvoyance et leadership exemplaire, héritage que tout le peuple burundais est appelé à sauvegarder.
2. Le parti CNDD-FDD réitère son attachement aux valeurs universelles de paix, de  démocratie, de souveraineté nationale et de sécurité de nos concitoyens. Comme inscrit dans l’hymne de notre Parti, nous restons attachés et déterminés à défendre et promouvoir ces valeurs des pères de l’indépendance et de la souveraineté nationale. 3. Le parti CNDD-FDD se réjouit de la situation sécuritaire généralement bonne dans le pays. C’est ainsi qu’il tient à féliciter le gouvernement de la république du Burundi pour sa détermination à lutter contre la criminalité et à promouvoir la justice dans le but de lutter sans relâche contre l’impunité.
Le parti CNDD-FDD se réjouit du retour massif des Burundais qui s’étaient réfugiés, le parti CNDD-FDD se réjouit également du retour progressif des politiciens réfugiés qui continuent à regagner leur patrie afin de se rapprocher  de leurs militants au Burundi. Nous encourageons une fois de plus ceux qui restent à l’extérieur de rentrer afin de bâtir ensemble notre mère patrie et à ceux qui sont recherchés par la justice à venir répondre de leurs actes dans des procès équitables comme il est d’usage dans notre pays comme dans tout Etat de droit.
4. Le dialogue étant une culture qui est ancrée dans l’esprit des Burundais pour gérer leur avenir, le parti CNDD-FDD félicite le gouvernement et le ministère de l’Intérieur en particulier  qui a compris qu’il est essentiel que les questions de l’avenir du pays soient traitées dans l’harmonie et l’entente, les réunions mensuelles des partis agréés ont fait éclore l’esprit démocratique et ouvrir des horizons prometteurs pour les forces populaires en vue de surmonter les échecs et de continuer sur la voie stratégique du militantisme démocratique et nous diriger d’un pas ferme vers l’avenir. 5. Le Parti CNDD-FDD se réjouit de la mise en œuvre de l’idéal du prince Louis Rwagasore par le Gouvernement dirigé par notre visionnaire Son Excellence Pierre Nkurunziza, sur toutes les collines, ont été créées des sociétés coopératives véritables reflets de la décentralisation effective inscrite dans l’idéologie du Parti des Bagumyabanga  puisée dans la vision du martyr de l’indépendance nationale.
6. Tout en rappelant la grande part de responsabilité de la Belgique dans l’assassinat du prince Louis Rwagasore et sa famille et dans toutes les crises majeures qu’a connues  le Burundi , et le constat que la Belgique n’a  pas encore désarmé dans son plan de déstabilisation du Burundi comme elle l’a fait en introduisant dans la communauté burundaise qui vivait dans l’harmonie de la complémentarité, le vénin des divisions ethniques. Le parti CNDD-FDD rejette le comportement anti-démocratique qui se manifeste dans le refus de la vérité des urnes et la volonté du peuple, ce comportement est similaire à celui des anti-indépendantistes du PDC comme Albert Maus  si opposé à toute idée d’indépendance de notre pays que lorsqu’il apprit la victoire écrasante du parti Uprona aux législatives du 18 septembre 1961 s’est pendu.
7. Le parti CNDD-FDD réaffirme son engagement aux idéaux et l’héritage de nos héros en appelant les Burundais en général et les Bagumyabanga en particulier à bien se préparer aux élections de l’an prochain, c’est la seule voie de se choisir des leaders qui œuvrent dans l’intérêt du Peuple.
8. En terminant, le parti CNDD-FDD exhorte une fois de plus le peuple burundais surtout les Bagumyabanga à redoubler d’efforts en luttant contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté en accroissant la production en vue de continuer à honorer et préserver l’héritage inestimable du prince Louis Rwagasore qui a fait le sacrifice suprême pour le Burundi.
Le parti CNDD-FDD appelle de tous ses vœux tous les Burundais à l’unité dans l’action dans l’élan patriotique et panafricain à préserver la paix et la cohésion sociale notamment en luttant contre ces ennemis du peuple et de la paix et leurs valets, vivre leur héritage c’est également en luttant contre l’injustice, la discrimination, la corruption, et d’autres maux qui entravent le bien-être du citoyen.

 

SOLIDARITE> Ligue des femmes du CNDD-FDD

Un geste louable en faveur des personnes vulnérables

 

KAHI 0007Le parti CNDD-FDD ne cesse d’assister dans la mesure du possible les personnes vulnérables. La preuve en est que la Ligue des femmes du CNDD-FDD au niveau national a construit des maisons dans toutes les communes du pays en faveur de cette catégorie de personnes. L’heure est actuellement à la remise desdites maisons. Le 12 octobre 2019, il y en a qui ont été remises dans les zones Gatumba et Kanyosha. 

 

La Ligue des femmes du parti CNDD-FDD a remis, le samedi     12 octobre 2019, à Mariam Ntanyungu, une femme vulnérable vivant dans la zone Gatumba en commune Mutimbuzi dans la province de Bujumbura, une maison qu’elle a construite pour elle. Les cérémonies de remise de cette maison ont été rehaussées par la présence de plusieurs autorités. Il s’agit particulièrement de la présidente de la Ligue des femmes du parti CNDD-FDD au niveau national, Goreth Yamuremye, de la ministre de la Jeunesse, des postes et des technologies de l’information, Evelyne Butoyi, de quelques femmes parlementaires issues du parti CNDD-FDD, de l’administrateur communal de Mutimbuzi, Siméon Butoyi, sans oublier le président du parti CNDD-FDD au niveau provincial, de la présidente de la Ligue du parti CNDD- FDD au niveau communal, etc.  

La visite de la maison a fait honneur à la bénéficiaire

Il est à remarquer que la coupure du ruban symbolique a été faite conjointement par la présidente de la Ligue des femmes du CNDD-FDD sur le plan national, Goreth Yamuremye et la ministre de la Jeunesse, des postes et des technologies de l’information, Evelyne Butoyi. C’est alors que toutes les autorités du parti CNDD-FDD présentes à ces cérémonies ont visité ladite maison qui est constituée de trois chambres et un salon. Signalons également que cette maison est cimentée et se trouve dans le quartier Mushasha II, de la zone Gatumba, commune Mutimbuzi en province de Bujumbura. La construction de toutes les maisons prévues pour les personnes vulnérables ciblées est terminée. On procède actuellement à leur remise aux bénéficiaires. Ces derniers reçoivent au cours de ces cérémonies des vêtements ainsi qu’une assistance en vivres pour subvenir à leurs besoins.   

Mariam Ntanyungu remercie le parti CNDD-FDD

Interrogée, Mariam Ntanyungu n’a pas manqué d’exprimer ses sentiments de satisfaction. C’est là qu’elle a remercié du fond du cœur le parti CNDD-FDD qui ne ménage aucun effort pour monter des projets très bénéfiques à la population burundaise. Ses sentiments de remerciement ont été adressés également à la Ligue des femmes du parti CNDD-FDD au niveau national qui a facilité les travaux de construction de ces maisons, sans oublier, bien entendu, la Ligue des femmes du CNDD-FDD au niveau communal. Ces cérémonies de remise de cette maison ont été précédées par les travaux communautaires liés au curage des caniveaux au quartier Mushasha II.                                                                                                                

Masta Shabani

 

13 octobre 2019> 58e anniversaire de l’assassinat du prince Louis Rwagasore

Les Burundais sont appelés à s’aimer et à vivre la fraternité

 

DSC06927Chaque année, le 13 octobre, le Burundi commémore l’assassinat du prince Louis Rwagasore, le héros de l’indépendance du Burundi. Le 58e anniversaire étant tombé le dimanche, il a été célébré le lundi 14 octobre 2019. A Bujumbura, dans la messe célébrée en sa mémoire à la cathédrale Regina Mundi, Mgr Anatole Rugerinyange a appelé tous les Burundais à croire en Jésus Christ, à s’aimer et à vivre la fraternité.  

 

Dans son homélie, s’appuyant sur les saintes écritures parlant d’une génération que Jésus qualifia de perverse, qui cherchait un signe, le Vicaire général,  Mgr Anatole Rugerinyange, a dit que tous les Burundais, partout où ils se trouvent, croyants ou non croyants, sont appelés à vivre la fraternité. Et d’ajouter que, de son vivant, le Seigneur Jésus a fait beaucoup de miracles qui devraient amener ses contemporains à croire qu’il était venu pour les sauver. Dans son homélie, s’appuyant sur les saintes écritures parlant d’une génération que Jésus qualifia de perverse, qui cherchait un signe, le Vicaire général,  Mgr Anatole Rugerinyange, a dit que tous les Burundais, partout où ils se trouvent, croyants ou non croyants, sont appelés à vivre la fraternité. Et d’ajouter que, de son vivant, le Seigneur Jésus a fait beaucoup de miracles qui devraient amener ses contemporains à croire qu’il était venu pour les sauver. Mgr. Rugerinyange a demandé à l’assemblée de ne pas se distraire mais d’aller vers les nations, semer la fraternité. « Puisse Dieu nous aider pour que nous ne négligions pas sa parole. Que nous soyions dociles et transformés par elle, afin d’avoir un cœur de charité, que nous prononcions des paroles qui bénissent et ayons un regard de compassion comme Jésus-Christ », a-t-il prêché. Il a ajouté qu’à l’exemple de Jonas qui s’est sacrifié pour sauver ses compagnons de voyage, le prince Louis Rwagasore s’est aussi donné pour que le Burundi soit indépendant et  pour que les Burundais vivent la liberté. « Fils du roi, le Prince Rwagasore ne manquait de rien. Mais à cause de sa compassion, il s’est sacrifié. Il voulait la fraternité et l’unité au Burundi. Nous sommes tous invités à consolider cette fraternité qu’il a voulue », a-t-il ajouté.

Qu’il n’y ait pas de Burundais considéré comme étranger

En ce moment où le Burundi va entrer dans l’année électorale, Mgr. Rugerinyange a rappelé qu’au Burundi, la période des élections a toujours été caractérisée par des troubles, des soulèvements et des mésententes. C’est ainsi qu’il a demandé que le sang du prince Louis Rwagasore soit pour tout un chacun un signe éloquent et le considère comme héritage, et que chacun se donne pour mission de poursuivre son rêve de la fraternité. « Aimons-nous, faisons aux autres ce que nous voulons qu’on nous fasse et nous entrerons et traverserons tranquillement la période électorale. Qu’il n’y ait plus dans ce pays un Burundais qui soit considéré comme étranger ». En plus du couple présidentiel, cette messe de requiem a vu la participation des deux vice-présidents de la République et leurs épouses, du président du Sénat, de l’Ombudsman, du président de la Cour suprême, des hauts cadres de la Force de défense nationale et de la police nationale, des représentants de différentes représentations diplomatiques et consulaires accréditées au Burundi ainsi que de la famille de sang du prince Louis Rwagasore. 

Différentes autorités ont déposé des gerbes de fleurs sur la tombe du prince Louis Rwagasore

Après la messe de requiem, les cérémonies de commémoration du  58e  anniversaire de l’assassinat du héros de l’indépendance du Burundi, le prince Louis Rwagasore,  assassiné le 13 octobre 1961, se sont poursuivies au Mausolée situé au mont Vugizo. Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, et son épouse,  Denise Bucumi Nkurunziza, l’ex-président Sylvestre Ntibantunganya, les membres du gouvernement, les membres du parlement burundais, la famille royale, l’Ombudsman et d’autres hauts dignitaires ont rehaussé de leur présence ces cérémonies. En commençant par le couple présidentiel, ces différentes personnalités ont eu l’occasion de déposer les gerbes de fleurs sur la tombe de ce héros après avoir écouté sa biographie. On pouvait ainsi lire : « Incungu y’Uburundi ntituzokwibagira (héros du Burundi, nous ne t’oublierons jamais), etc ». Les participants à ces cérémonies ont ensuite écouté le discours du Prince Louis Rwagasore lors de la victoire de l’Uprona (Union pour le progrès national) aux élections législatives 1961.  C’est un discours qui prônait l’unité, la paix, la sécurité, le progrès et l’amour de la patrie. Le prince Louis Rwagasore appelait les Burundais, gagnants et perdants, à rester sereins  après les élections et à travailler pour développer le Burundi. Car il disait que cette victoire électorale n’était pas celle d’un parti mais le triomphe de l’ordre, de la discipline, de la paix, de la tranquillité publique et de la démocratie telle que les Burundais la comprennent et la veulent. C’est-à-dire la véritable justice sociale plutôt que des formes extérieures d’une démocratie de façade. Selon le prince Rwagasore, sans autorité forte, aucun pays ne connaît l’ordre, la tranquillité et le progrès.  Pour le héros de l’indépendance, l’après des élections est l’heure de  se pencher sur les véritables problèmes de la nation en cherchant et en trouvant des solutions propres aux Burundais.  Il promettait de servir les  Burundais en assurant leur satisfaction: « Vous nous jugerez à nos actes et votre satisfaction sera notre fierté ».

Ezéchiel Misigaro, Jean Bosco Nkunzimana

 

Editorial> La Chine nouvelle : Des progrès énormes dans tous les domaines

A  l’issue  d’un séjour passé en République populaire de Chine, l’ancien ministre français  de la Culture du général de  Gaulle  Alain Peyrefitte écrivit un livre intitulé: «  Quand la Chine s’éveillera le monde tremblera ». Disons qu’avec l’avènement, il y a 70 ans,  d’une Chine nouvelle, le peuple chinois a enregistré des progrès  énormes, mais le monde n’a pas tremblé, la République populaire de Chine s’employant  activement à construire un nouveau modèle de relations internationales  et une communauté de destin pour l’humanité, comme l’a affirmé le Secrétaire général Xi Jinping dans le rapport présenté au XIXè congrès du Parti communiste chinois qui, d’après Wang  Yi, conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères, a toujours pour vocation d’apporter  de plus grandes contributions à l’humanité. La coopération gagnant-gagnant n’est-elle pas un acquis important qui fait époque dans le développement de la diplomatie de la Chine nouvelle ?A  l’issue  d’un séjour passé en République populaire de Chine, l’ancien ministre français  de la Culture du général de  Gaulle  Alain Peyrefitte écrivit un livre intitulé: «  Quand la Chine s’éveillera le monde tremblera ». Disons qu’avec l’avènement, il y a 70 ans,  d’une Chine nouvelle, le peuple chinois a enregistré des progrès  énormes, mais le monde n’a pas tremblé, la République populaire de Chine s’employant  activement à construire un nouveau modèle de relations internationales  et une communauté de destin pour l’humanité, comme l’a affirmé le Secrétaire général Xi Jinping dans le rapport présenté au XIXè congrès du Parti communiste chinois qui, d’après Wang  Yi, conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères, a toujours pour vocation d’apporter  de plus grandes contributions à l’humanité. La coopération gagnant-gagnant n’est-elle pas un acquis important qui fait époque dans le développement de la diplomatie de la Chine nouvelle ? Celles et ceux arrivant de tous les coins de la planète  pour visiter  la Chine nouvelle, peuvent  éloquemment témoigner des progrès  grandioses enregistrés dans une Chine qui se bat pour  mériter son estime par le travail, une Chine qui maîtrise son passé, son  présent et son avenir, qui a su maîtriser sa culture, une  Chine unifiée où  toutes les diversités sociales sont représentées dans le gouvernement central, faisant ainsi table rase du passé aux invasions extérieures et aux luttes intestines d’avant 1949. C’est une Chine nouvelle qui forcera toujours l’admiration du visiteur, une Chine peuplée d’hommes et de femmes dynamiques qui ont su et pu transformer des  étendues désertiques énormes en forêts denses et multicolores très agréables à la vue, et où la biodiversité est strictement observée. C’est une Chine nouvelle qui a dit non à la famine d’hier, bénéficiant aujourd’hui d’une autosuffisance alimentaire permettant d’exporter le surplus vers les pays les moins avancés comme ceux plus avancés, où les banques sont organisées selon les domaines spécifiques de développement de chaque secteur de la vie nationale, les banques chinoises parvenant à prêter aux pays nantis comme à ceux moins nantis. Sur le plan démocratique, les provinces chinoises sont gérées comme des Etats souverains avec un leadership constamment à l’écoute de la population, cette dernière s’entraidant avec un attachement particulier envers leur pays et leurs leaders toujours proches d’elle, à commencer par le Président Xi Jinping que l’on voit sans  cesse aux côtés des personnes défavorisées à l’écoute desquelles il demeure attentif,  servant ainsi d’exemple pour tout le leadership chinois, sans oublier, l’Armée populaire  de Chine, une armée très modernisée avec un équipement ultra-moderne au service du développement  de la Chine  nouvelle, s’impliquant activement aux côtés de la population en matière de développement local, régional et national. L’Armée populaire de Chine mérite bien de s’appeler ainsi. Il nous est difficile de décrire, dans  un espace aussi court, la Chine nouvelle passionnante et séduisante, mais terminons ce volet en disant qu’en ce qui concerne les médias, la numérisation gagne du terrain en faveur des pays  moins avancés qui envoient  régulièrement leurs journalistes en Chine pour des formations fort bénéfiques en ce domaine, le Burundi y gagnant énormément. Disons également que la Chine nouvelle n’est plus cette Chine aux ballons volants, mais aux avions ultra-modernes forçant l’admiration, sans oublier les vaisseaux spatiaux habités permettant  l’exploration de l’espace au bénéfice de l’humanité.Il est heureux d’observer, en terminant, que le 70è anniversaire de la Chine nouvelle a coïncidé avec l’ouverture officielle, par le président de la République Pierre Nkurunziza,  du nouveau palais présidentiel Ntare Rushatsi, figurant parmi les nombreuses réalisations déjà enregistrées  grâce à la coopération sino-burundaise aux lendemains toujours meilleurs, à avantages réciproques. La  Chine nouvelle et le Burundi sont de grands amis et le resteront.

Louis Kamwenubusa

 

Page 1 sur 722

Ouvrir