PRIMUS LIGUE BURUNDI>Micro baladeur sur la première journée

«Ce n’est encore que le début»

L’édition 2020-2021 de la Primus ligue Burundi a bel et bien démarré, le samedi 5 septembre 2020. Il y a eu des vainqueurs et des perdants et pour la première fois de l’histoire du football burundais, deux équipes ont perdu les matchs par forfait, l’arbitrage est pointé du doigt. Nous avons tourné le micro à travers certaines personnalités du sport pour recueillir des réponses à certaines questions.

La première question était adressée aux entraineurs, particulièrement ceux qui ont perdu les matchs par forfait. Ils déclinent la responsabilité et ils pointent le doigt les utilisateurs des dossiers des transferts TMS et DTMS de leurs clubs qui n’ont pas pu mettre, à temps, dans les dossiers des joueurs, tous les papiers exigés pour l’obtention de la licence biométrique. Ils espèrent toutefois que leurs équipes seront prêtes pour la deuxième journée tout en regrettant les points perdus.
Les entraineurs qui ont perdu les match ont dit tout en restant décontractés, que la première journée sert à voir les qualités des joueurs et à corriger certaines erreurs et de promettre que leurs équipes présenteront une autre image pour les rencontres suivantes.
Les supporters des équipes, quant à eux, accusent l’arbitrage de partial en citant certains cas constatés dans certaines rencontres. Mais le corps arbitral, de son côté, nie cette responsabilité. « L’arbitre est un être humain et il peut se tromper comme d’autres humains pour la prise de décision sur l’une ou l’autre action », indique le corps arbitral. Les hommes en noir expliquent qu’ils font tout pour diminuer les erreurs et c’est la raison pour laquelle, « nous venons d’ailleurs de suivre les cours de recyclage qui se sont clôturés le 4 septembre dernier où ils ont abordé les points essentiels sur lesquels ils doivent focaliser leur attention pour bien officier les matchs en prenant des bonnes décisions. Il s’agit de là du hors-jeu, de la faute de main, des fautes tactiques mais aussi du positionnement.
Certains sages à qui nous avons tendu le micro pour demander leurs impressions sur ce début du championnat, ont avant tout salué les efforts fournis par la Fédération qui multiplie des formations dans le cadre d’entrer dans le système du football professionnel. Et d’ajouter que le football moderne exige des moyens, pour dire qu’on ne peut pas faire des résultats sans pouvoir dépenser.
Le public sportif, quand à lui, nous a dit avec espoir, qu’il attend un grand championnat cette saison, même s’il y a des joueurs qui sont partis. Espérons-le aussi.

KAZADI MWILAMBWE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *