CENI>Evaluation du processus électoral 2020

L’objectif est d’améliorer la qualité des élections futures

Dans l’objectif d’améliorer la qualité des futures élections, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a organisé le mercredi 9 septembre 2020, une réunion à l’intention de certains cadres de la magistrature. Elle s’inscrit dans la suite des évaluations du rôle joué par les partenaires électoraux dans le processus électoral 2020. Le président de la Ceni, Pierre Claver Kazihise, a fait savoir qu’il est satisfait de la contribution non seulement de la magistrature mais aussi de tous les partenaires dans la réussite du processus.

Les magistrats en cours d’évaluation du processus électoral 2020 (Photo Fiacre Nimbona)

Le président de la Ceni a fait remarquer que les élections de 2020 se sont bien déroulées et que les résultats de tous les processus électoraux sont déjà disponibles. Il a précisé que ceux qui ont été élus sont déjà à pied d’œuvre dans leurs institutions respectives. Selon M. Kazihise, après les élections vient le bon moment de pouvoir faire une évolution de l’ensemble des activités pour pouvoir apprécier celles qui ont été menées le mieux possible et celles qui ont eu des difficultés afin de pouvoir en tirer la leçon sur les réformes nécessaires à mener pour les futures élections. Il a exprimé sa satisfaction sur le travail accompli non seulement par la magistrature mais aussi par l’ensemble des partenaires électoraux pour le rôle de tout un chacun dans le bon déroulement des élections de 2020.
Les propositions seront présentées aux institutions chargées de la mise en œuvre
M. Kazihise a fait savoir que les idées des uns et des autres seront recueillies et présentées aux institutions chargées de la mise en œuvre pour améliorer la qualité des élections à venir. «D’abord nous collectons les idées de différents groupes de gens comme la société civile, les confessions religieuses, et les institutions. Ensuite nous les présenterons aux institutions chargées de la mise en œuvre pour les analyser et les mettre dans la réglementation des opérations des élections à venir». Selon M. Kazihise, le bon déroulement des élections est un bon signe de la maturité démocratique déjà atteinte par les Burundais. Pour ce, il est indispensable de corriger toutes les irrégularités qui pourraient être identifiées pour renforcer davantage l’esprit démocratique. Il n’a pas manqué de féliciter les Burundais pour le taux de participation aux élections, supérieur à celui de 2015.

Fiacre Nimbona

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *