ECOFO ADVENTISTE JABE II> Etat d’avancement du programme du premier trimestre

Le programme avance normalement

L’Ecofo Adventiste Jabe II connaît le manque du matériel didactique et du personnel.
(Photo Laurent Mpundunziza)

Le premier trimestre de l’année scolaire 2020-2021 prend fin incessamment. A l’Ecofo adventiste jabe II dans la municipalité de Bujumbura, les cours vont bon train tel que précise Julienne Niyirera, maitresse responsable. Néanmoins, certains élèves s’adaptent difficilement sans oublier le manque du matériel didactique et du personnel. Voilà ce qu’on peut retenir de notre visite effectuée le vendredi 20 novembre 2020 à la dite école.

Selon Mme Niyirera, les enseignants et les élèves vaquent aux activités. Le programme avance normalement même si les défis ne manquent pas. Il s’agit du temps limité, la matière vaste et les élèves qui s’appliquent difficilement.
D’après les enseignants approchés, le programme se déroule convenablement malgré quelques défis. Le programme avance normalement, selon Libérate Kirugu, enseignante en première année fondamentale à ladite école. Cette dernière indique qu’elle avance bien malgré qu’il est difficile de gérer une communauté. Quant à Catherine Ndayisenga, enseignant au deuxième degré, 3e et 4e année fondamentale, le programme se déroule sans ambiguïté. Cette dernière espère terminer le programme pour faire la révision à ses élèves. Selon Télephonse Niyimpaye, les cours avancent mais les défis sont nombreux. Elle indique avoir des élèves qui ne s’appliquent pas convenablement. Celle-ci, fait appel aux parents à suivre leurs enfants une fois à la maison et essayer de les éloigner des objets de distraction.

Le temps limité, un des défis à surmonter
Quant à Seth Ndayisenga et Georgette Nimpagaritse, enseignant au 4e cycle fondamental, de la 7e à la 9e année fondamentale, les cours vont bon train. Cependant, ils dénoncent l’inapplication des enfants car parfois il se fait que les élèves ne fassent pas leurs devoirs à domicile. Ces derniers demandent aux parents de bien encadrer leurs enfants à la maison car disent-ils, les cours ne se suivent pas à l’école seulement. Mme Niyimpagaritse, souhaite qu’il y ait pour chaque trimestre et pour tous les enseignants de mathématique un programme délimité. Selon elle, les enseignants se chargent de leurs propres prévisions. Toutefois, cela perturbe beaucoup plus les élèves lorsqu’il faut avancer vite avec les matière pour terminer à temps. D’après Seth Ndayisenga, la matière est très vaste et temps est insuffisant.

Laurent Mpundunziza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *