PALAIS NTARE RUSHATSI > Audience à la présidence de la République

Probable extradition des présumés putschistes

L’envoyé spécial des Nations unies, Huang Xia, a annoncé que le Rwanda reconnue qu’il héberge des putschistes de 2015.(Photo Fiacre Nimbona)

Le mardi 24 novembre 2020, le président de la république du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a accordé une audience à l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies dans la région des Grands lacs, Huang Xia. Plaider pour la prolongation du délai imparti au bureau du secrétariat général des Nations-unies au Burundi et l’extraction des présumés putschistes étaient les principaux messages.
Dans une interview accordée à la presse, le porte-parole du président de la République, Jean Claude Karerwa, a fait savoir que le message de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies s’articulait autour de trois chapitres. En premier lieu, il s’agissait des remerciements adressés au chef de l’Etat burundais pour son discours combien inspirant qu’il a prononcé à l’occasion du sommet des chefs d’Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL). Huang Xia a demandé que ce discours soit partagé avec son bureau pour qu’il constitue un cadre d’échange, de dialogue et de conversation pour les dirigeants qu’il va rencontrer.

Le délai supplémentaire demandé peut même aller au-delà
M. Karerwa a fait savoir que le deuxième message consistait à plaider pour la prolongation du délai imparti au bureau du secrétariat général des Nations unies au Burundi qui devrait fermer ses portes bientôt. L’envoyé spécial a demandé au nom du secrétaire général des Nations unies, que le délai soit prolongé. Pour le chef de l’Etat, le délai de neuf à douze mois sollicité par secrétariat général des Nations unies peut même aller au delà en fonction de ce dont les techniciens du ministère des Relations extérieures et de la coopération au développement vont se convenir avec le secrétariat général des Nations unies pour permettre de vider les questions en rapport avec la résiliation et les préavis pour les contrats du personnel tant local qu’international. Le porte-parole a fait savoir que l’envoyé spécial a précisé que le Rwanda a reconnue bel et bien qu’il y a des auteurs présumés du coup d’Etat du 13 mai 2015 qui résident actuellement dans ce pays.

Un pas déjà franchi dans la construction de la coopération avec le Rwanda
Si le Rwanda voudrait un intermédiaire pour remettre ces présumés putschistes au Burundi, le chef de l’Etat s’inscrit en faux contre cette proposition. Car, selon lui, seule la justice peut être un facilitateur, un médiateur surtout que ceux qui partagent ce dossier ont été jugés et que d’autres ont demandé la grâce présidentielle, a fait savoir le porte-parole. « Evariste Ndayishimiye, le chef de l’Etat burundais suggère que la Communauté internationale continue à exercer la pression sur le Rwanda pour que ce dernier accepte de coopérer avec le Burundi surtout qu’il respecte le droit international qui condamne les putschs. Cependant, le chef de l’Etat se félicite du pas déjà franchi dans la construction de bonnes relations d’entente et de coopération avec le Rwanda. » M. Karegwa a signalé qu’une rencontre du ministre burundais en charge des affaires étrangères et son homologue du Rwanda est prévu au mois de décembre. A cette rencontre participeront aussi les ministres de la Justice et les procureurs généraux des deux pays.

Fiacre Nimbona

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *