Commentaire>

Protégeons les infrastructures routières

Il est démontré que les infrastructures protégées durent longtemps. Pour le cas des infrastructures routières, l’aménagement des caniveaux et leur entretien est une mesure incontournable. La réparation des parties défectueuses de ces infrastructures doit également être privilégiée. La saison des pluies de l’année passée, avec les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale économique Bujumbura, nous avons fait assister à des inondations. Ces dernières ont provoqué des eaux de ruissellement qui coulaient à tort et à travers emportant tout ce qui était sur leur passage. Cela a été la cause de nombreux dégâts. Nous avons assisté au bouchage et à la destruction des caniveaux qui ont provoqué la destruction des routes et même des maisons. Mais, comme il nous appartient de barrer le chemin aux catastrophes, l’administration et la population ont vite agi. On a commencé par faire ce dont on était capable pour curer les caniveaux, en vue de permettre à ces eaux de ruissellement d’emprunter la voie qui leur était aménagée, ce qui limitait les dégâts.
Le curage de ces caniveaux n’a malheureusement pas été accompagné par des actions d’assainir les trottoirs ; enlever le sable, la terre et autres déchets curés et déposés sur ces trottoirs. Force est de remarquer que si la pluie retombe, ces déchets déposés sur les trottoirs retournent dans les caniveaux. La peine devient ainsi perdue. Bien plus, les déchets constituaient des tallis, et donc un obstacle pour les piétons. Ces derniers ne pouvant pas monter et descendre sur eux, ils sont obligés de passer sur la route. Ce qui constitue un grand danger pour eux. Ils sont en fait exposés aux risques d’être percutés par les véhicules.
Heureusement, l’administration a remarqué tous ces défis et des mesures appropriées y sont apportées. Aujourd’hui, pour peut-être devancer la saison des pluies, les caniveaux des grands axes viennent d’être curés. Elle ne s’arrête pas là. Elle vient de déployer des camions benne avec les manœuvres, pour enlever ces tallis, assainir les trottoirs, éviter le déversement de ces terres et déchets dans les caniveaux. L’objectif est double ou triple. Il s’agit en effet de la protection des infrastructures routières et des piétons ; et de rendre la ville propre. Les piétons s’en réjouissent, car le danger imminent est évité. Les dégâts que causeraient les eaux de ruissèlement en cas de bouchage des caniveaux sont évités à court ou moyen termes.
Alfred Nimbona

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *