Editorial>

Un élan de solidarité exemplaire

En écho à l’appel par le président de la République Evariste Ndayishimiye, des hommes et des femmes issus de divers milieux, des banques et des sociétés d’assurance ont promis de contribuer financièrement à la reconstruction du marché de Kamenge dernièrement ravagé par le feu sans oublier les victimes de la catastrophe. C’est dans un grand élan de solidarité qu’ils se sont joints au président de la République qui, après avoir constaté les dégâts causés par l’incendie, a prêché par l’exemple, en promettant une enveloppe financière de 5 000 000 FBu, au nom de sa famille, le total des promesses faites se chiffrant à environ deux milliards de francs burundais. Le père de la Nation burundaise a également adressé un message de consolation aux victimes de la catastrophe en les appelant à ne pas perdre courage face à l’épreuve, le Très-Haut veillant toujours sur elles. Au cours de cette visite porteuse d’espoir, le président Evariste Ndayishimiye était accompagné des membres du Parlement, des membres du gouvernement Mvyeyi et Nkozi, des responsables des différentes banques et des différentes sociétés d’assurance oeuvrant au Burundi ainsi que de plusieurs opérateurs économiques oeuvrant, eux aussi, dans notre pays. Le Vice-président de la République, Prosper Banzombanza et le Premier ministre Alain-Guillaume Bunyoni se sont également rendus sur les lieux de la catastrophe où ils ont appelé la population à ne pas céder au découragement.
C’est donc dans une sensibilisation sans précédent que les contributions financières ont été promises à la grande satisfaction de la population, notamment celle de Kamenge pressé de voir un autre marché ouvrir ses portes, en lieu et place de celui dernièrement détruit par le feu. Les contributions financières ainsi promises s’inscrivent dans le cadre de la solidarité légendaire du peuple burundais. Il s’agit d’un acte de solidarité humainement fort louable qui plaira au Très-Haut, sans oublier nos ancêtres qui, du fond de leurs tombes, apprécieront bien cet acte fraternel posé dans la solidarité telle qu’ils la vivaient de leur temps, la solidarité étant ce sentiment qui pousse les hommes à aller vers leurs semblables dans le besoin en leur apportant une assistance. En lançant officiellement le 18 juin 2018 à Gitega, capitale politique du Burundi, la Journée nationale de la solidarité locale, l’ancien président de la République feu Pierre Nkurunziza voulait pérenniser ce précieux héritage légué par nos ancêtres qui, solidairement, savaient partager les joies et les peines. En contribuant, dans un grand élan de solidarité à la reconstruction du marché de Kamenge, le président Evariste Ndayishimiye, et celles ou ceux qui l’ont immédiatement suivi dans cet acte fort humainement louable, ont montré à suffisance que l’esprit d’entraide demeure présent dans les mœurs du peuple burundais. C’est cet esprit d’entraide sociale que nous devons garder ancré dans nos mœurs, la solidarité apaisant celles et ceux se trouvant dans le besoin, à l’instar, aujourd’hui, des victimes de la catastrophe qui s’est abattue sur le marché de Kamenge, sans oublier d’autres personnes se trouvant dans des situations de souffrances diverses pour lesquelles une assistance est indispensable.
Fidèle aux principes de solidarité et de fraternité, nul doute que la nouvelle Direction politique amènera le peuple burundais à faire toujours preuve de solidarité dont aucune société, même développée, ne peut se passer. Vivons solidairement en traçant pour les générations futures la voie à suivre pour vivre humainement.

Louis Kamwenubusa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *