SFBLSP-BURUNDI> Atelier de renforcement des capacités des femmes « Imboneza »

Prévenir et résoudre pacifiquement les conflits

L’association « Solidarité des femmes burundaises pour le bien -social et le progrès», a organisé le mercredi 16 septembre 2020, à Kamenge, un atelier de renforcement des capacités des femmes « Imboneza » et des autorités locales. Elles sont du ressort de la mairie de Bujumbura et de la province de Bujumbura. Elles ont été formées sur les techniques de médiation pour la prévention et la résolution pacifique des conflits.

Les femmes, leaders communautaires, ont été invitées à être d’excellentes médiatrices dans la lutte contre les violences faites aux femmes
(Photo Emelyne Iradukunda)

Dans cet atelier, les femmes, leaders communautaires, ont été invitées à être d’excellentes médiatrices dans la lutte contre les violences faites aux femmes. La présidente de l’association, Espérance Ntirampeba, a indiqué que les femmes ont été formées avant les élections de 2020 en les sensibilisant surtout d’élire et de se faire élire. « Aujourd’hui, nous avons voulu formé celles qui ont été élues afin qu’elles sachent comment elles pourront résoudre pacifiquement les conflits dans leur communauté », a-t-elle dit. Elle a ajouté que les participantes sont invitées à éviter d’être complices et penchantes dans les mauvaises actions. « Il faut que celui qui commet une infraction soit traduit en justice et puni conformément à la loi », a-t-elle souhaité avant d’ajouter qu’elles sont appelés à lutter contre les violences faites aux femmes dans leur communauté.

Les femmes sont capables
Le formateur Sosthène Irumva a indiqué que l’objectif de la formation est de promouvoir la culture de médiation et de négociation dans la résolution des conflits. Pour lui, une femme leader a un grand rôle à jouer dans la lutte contre les violences faites aux femmes dans la communauté.
M. Irumva a invité les femmes et les filles à être conscientes de leur grand rôle à jouer dans leur communauté. Il faut qu’elles sachent qu’elles sont capables. Le problème est que certaines femmes essaient de se sous-estimer. Il faut alors les sensibiliser afin qu’elles changent de mentalités et contribuent au développement de leur communauté.
Emélyne Iradukunda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *