Publications De Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Articles

Kinyinya> Planification familiale

: 31 / 12 / 2014

La population est informée, mais la pratique ne suit pas correctement

 

Le nombre d’habitants ne cesse d’accroître au Burundi alors que la superficie du pays reste inchangée. Cela fait qu’il y a des problèmes de terres cultivables et les conséquences qui s’ensuivent sont diversifiées et énormes. Mais petit à petit, la population commence à prendre conscience et à comprendre que la limitation des naissances est la seule solution à ces problèmes. Les habitants de la commune Kinyinya en sont l’exemple.

 

PLANING KINYINYALa population ne cesse d’augmenter au Burundi. Cette augmentation inquiète à tel point que des actions d’en freiner le rythme sont menées et intensifiées. Des séances de sensibilisation sont menées dans les provinces du pays par le Programme national de la santé de la reproduction. En commune Kinyinya de la province de Ruyigi, la population est consciente que la limitation des naissances est impérative.

Tout ne se passe pas comme prévu

A la colline Mayanza de la commune Kinyinya, certains sont fiers du résultat de leur décision de planifier les naissances, d’autres ne reviennent pas sur ce qui leur est arrivé. En effet, les premiers ont compris le bien-fondé de planifier et de limiter les naissances. Ils admirent ainsi la santé de leurs progénitures. « Même l’économie en famille devient facile à planifier », disent-ils. Il devient selon eux, aisé de faire soigner les enfants, de les nourrir, de les vêtir et de payer les frais de scolarisation. Les seconds comprennent qu’il faut planifier les naissances mais ne le font pas correctement et sont surpris par des conceptions imprévues. Le cas typique est celui d’une mère de deux enfants, on dirait des jumeaux, alors qu’ils se succèdent. Elle indique que cette situation s’est produite alors qu’elle était bien convaincue qu’il faut planifier et limiter les naissances. Jeanine Niyibizi, de son côté, estime que, pour concrétiser la décision de son couple, « le choix est clair, je vais visiter la structure de soin ». Elle indique que, malgré ce qui arrive, les sensibilisations en matière de limitation des naissances sont organisées. Ces messages sont véhiculés dans les structures de soin. Il y a même des animateurs communautaires qui conscientisent la population. Dans cette commune, un nombre important d’enfants soufrent de malnutrition alors que la terre est généralement riche. Heureusement pour ces enfants, la Croix Rouge organise des actions pour leur venir en aide. L’administration indique que le problème ne réside pas au niveau des terres cultivables insuffisantes ou stériles. Plutôt « la population gaspille la récolte et met tout au marché. Elle se retrouve ainsi sans quoi se nourrir ou nourrir les enfants», révèle-t-elle.
Alfred Nimbona

Ouvrir