logo
PPB: Publications De Presse Burundaise,Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Environnement > Protection des rivières qui traversent la ville de Bujumbura

Mercredi, 05 Juin 2013 13:44

L’Aperlbu s’y est vivement engagée

ntLa protection de l’environnement, la gestion et l’encadrement de la population sont les principaux objectifs que s’est fixés l’Association pour la protection de l’environnement, des rivières qui traversent la ville de Bujumbura et du lac Tanganyika (Aperlbu). Cela ressort de l’entretien que le président de cette association, Séverin Twagirayezu, a accordé à la rédaction du quotidien « Le Renouveau ». Il nous a également parlé des défis auxquels font face les membres de l’Aperlbu. Selon Séverin Twagirayezu, cette association s’occupe essentiellement des activités en rapport avec la protection de l’environnement. Ces activités consistent dans l’extraction du sable et du gravier dans les rivières qui traversent la ville de Bujumbura, et dans la plantation des arbres sur les bordures de ces dernières. Les bambous et les eucalyptus sont, entre autres, les arbres qui sont souvent plantés. Parlant de la vie de cette association, M. Twagirayezu a indiqué qu’elle vit des cotisations de ses membres et qu’elle a plus de deux mille membres dont la plupart sont des anciens combattants. « Nous les avons réunis dans cette association pour lutter contre le désœuvrement et le banditisme », a-t-il souligné. Il n’y a plus d’anarchie dans le curage A propos de l’état actuel du curage de ces matériaux de construction, M. Twagirayezu s’est réjoui de la façon dont ces activités se font depuis la création de cette association. Selon lui, auparavant, le curage se faisait d’une façon anarchique mais pour le moment tout est bien organisé. Il y a même eu création des différents sites avec des responsables sur chacun d’eux dans le but de suivre ces activités afin de se rassurer que les règles environnementales sont respectées. « Il y a également un ingénieur qui nous indique le niveau de curage à ne pas dépasser ». Cependant, le président de l’Aperlbu est satisfait du fait que, depuis la naissance de cette association pas mal de choses ont déjà été réalisées en matière de protection de l’environnement. C’est, notamment, la plantation d’arbres (bambous, eucalyptus et autres) sur les bords des rivières Ntahangwa, Kanyosha, Muha et Mutimbuzi. Il y a également la participation de ces membres dans les travaux de développement communautaire où ils contribuent physiquement et matériellement en donnant gratuitement le sable et le gravier pour la construction des écoles et des centres de santé dans la municipalité de Bujumbura, sans contre partie. Quelques défis ralentissent les activités de l’APERLBU Selon Séverin Twagirayezu, les membres de cette association font face à pas mal de défis. C’est, entre autres, les propriétaires riverains qui, voulant agrandir le périmètre de leurs parcelles, arrachent les arbres plantés par cette association. Un autre défi est que les propriétaires de certaines maisons de la commune urbaine de Buyenzi ont installé des tuyaux qui déversent des eaux usées (voire même des matières fécales) dans la rivière Ntahangwa. Cela cause souvent des éboulements des bordures de cette dernière. Il y a également des éleveurs qui laissent leur bétail brouter les bambous déjà plantés, etc. Ainsi, M. Twagirayezu demande à la population riveraine de ces rivières d’appuyer les activités de l’Aperlbu en évitant de détruire l’environnement. Il a également demandé au gouvernement de les appuyer dans le renforcement des capacités des membres de cette association à travers les séminaires et les formations, et qu’ils soient d’abord contactés avant la prise de mesures administratives qui freinent leurs activités en matière de protection de l’environnement.

Astère Nduwamungu

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir