Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

QUARTIER MUTANGA> Arrachement occasionné par la rivière Ntahangwa

Il y a urgence d’intervenir pour limiter les dégâts

 

La rivière Ntahangwa est sur le point de détruire la route allant vers le sous quartier de Mugoboka et les maisons environnantes de Mutanga situées au terminus de l’avenue Sanzu, car un arrachement progresse vers la route. Les habitants de Mutanga éprouvent une grande peur qu’une fois les pluies abondantes de la saison y contibuent, leurs maisons peuvent s’écrouler. Ces derniers demandent au gouvernement en premier lieu une solution urgente de la stabilisation des parois de la rivière en entendant d’autres grands travaux.

 

DSC00844Le président de l’Association pour le développement du Quartier Mutanga, Alexandre Ndikumagenge, indique que l’arrachement sur la rivière Ntahangwa a fait l’objet d’étude depuis 2010. Un dossier y relatif dont le dévis s’élevait à quinze millions de francs burundais a été transmis au PTPCE (Projet des travaux publics et de création d’emploi) pour étude et exécution. Ce dernier raconte qu’en 2013, suite à une pluie torrentielle, l’arrachement s’est étendu sur environ 80 mètres et, à ce moment, le Deuxième Vice-président de la République avait visité les lieux, accompagné du ministre des Travaux publics et de celui en charge de l’Environnement. M. Ndikumagenge souligne que c’est dommage car le glissement de terrain a commencé à dix mètres de la route mais, il est arrivé à un mètre près. Il indique qu’il n’y a que ce seul passage pour se rendre à Mugoboka. Une fois que la route aura été coupée, ce sera terminé pour les habitants de la localité.

Intervenir à temps pour limiter les dégâts

Un ingénieur qui travaille dans l’entreprise des travaux de génie civil, Cobuco, Rémy Ndikumagenge, indique que les travaux seront beaucoup plus importants par rapport à la situation de 2010 car, après la pluie torrentielle de 2013, l’éboulement a été complexe parce qu’il y’a eu le phénomène de glissement, et plus ou moins vingt mètres de terrain sont partis. M. Ndikumagenge indique que le devis effectué à ce moment est estimé à 450 000 000 FBu pour juste un petit travail.
Les habitants de Mutanga font aussi appel à la Régideso car il y a un tuyau qui prend l’eau de la rivière vers la place publique et une fois que la terre s’arrache le tuyau lui-même sera arraché. Ces derniers demandent aux autorités de leur venir en aide, bien qu’il y ait aussi d’autres problèmes. Car si la route est coupée, le coup sera extrêmement dur, comme pour le lycée de Vugizo qui va coûter presque dix milliards de francs parce qu’on n’est pas intervenu à temps.
ORNELLA MUCO (stagiaire)

Ouvrir