Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière(accord de coopération)

Ratification de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement du Burundi et le gouvernement de la République de Turquie

 

aahdgrrjknf L’Assemblée nationale du Burundi s’est réunie en plénière pour l’adoption du projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement de la République de Turquie, signé le 27 août 2015 à Ankara.


Dans son exposé des motifs, le ministre des Relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, qui avait représenté le gouvernement dans l’hémicycle de Kigobe, a d’abord rappelé que la Turquie et le Burundi sont deux pays qui entretiennent de bonnes relations et qui sont passés dans des moments historiques semblables.
Il a ensuite souligné que l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement de la République de Turquie est basé sur l’égalité et l’intérêt réciproque. Il a pour objectif de renforcer les relations amicales et d’améliorer la coopération économique et commerciale entre la Turquie et le Burundi.
Ainsi, quand il entrera en vigueur, l’accord sera une opportunité de favoriser et promouvoir le commerce et l’économie dans les deux pays ; soutenir et encourager le développement et la collaboration technique et industrielle entre les sociétés et les institutions économiques du Burundi et de la Turquie ; coordonner les activités communes concernant la collecte, l’analyse, l’évaluation et la diffusion des informations sur les activités commerciales, technologiques et industrielles et les possibilités d’investissement au bénéfice mutuel du Burundi et de la Turquie.
Comme il l’a précisé, les domaines concernés par cet accord sont le commerce et l’investissement, les énergies et les ressources naturelles, le développement de l’agriculture et de l’élevage, l’éducation et la santé ainsi que la science et la technologie.
Les députés ont demandé au ministre Nyamitwe de leur expliquer comment le Burundi compte tirer profit de cet accord, en ce moment où il n’a visiblement pas beaucoup de produits à exporter.
Le ministre a répondu que les deux pays essaieront de développer leurs échanges dans les domaines ci-hauts cités et que d’ailleurs, un mémorandum d’entente sur la coopération dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage a été signé le 13 juin 2017. Et d’ajouter qu’en ce moment où le Burundi n’a pas beaucoup de produits à exporter vers la Turquie, il pourra quand même bénéficier de la diversité des produits turcs. En ouvrant les portes par le rabais des tarifs douaniers, il y aura augmentation de la consommation sur le marché intérieur, ce qui va améliorer le bien-être de la population.
Les parlementaires ont également eu des inquiétudes sur l’article 2 de cet accord relatif au traitement de la nation la plus favorisée qui risque d’aller à l’encontre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (AGTDC) de l’OMC ou être en contradiction avec d’autres accords que le Burundi a signés notamment celui signé avec la Communauté est-africaine. Le ministre Nyamitwe a fait entendre que si le Burundi et la Turquie s’entendent sur un taux à appliquer en matière de facilitation des échanges, ils le feront en conformité avec les règles de l’AGTDC de l’OMC, étant entendu que les deux pays sont tous membres de l’OMC. Et d’ajouter que les accords commerciaux régionaux font partie de ce qu’on appelle exceptions, ce qui fait que les préférences accordées à des pays en développement font exception avec l’accord général de l’OMC, et que par là, les facilités commerciales régionales que les Etats de la CEA s’accordent ne doivent pas s’étendre sur les Etats non membres de la CEA.
Cet accord, adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale, restera en vigueur pour une période de cinq ans et sera automatiquement renouvelé pour des périodes successives d’un an. Le projet de la loi a été adapté à l’unanimité par les députés.

Jean Bosco NKUNZIMANA

Ouvrir