Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

HAFSA MOSSI> Députée burundaise de l’Assemblée de la communauté des Etats d’Afrique de l’Est

Le Burundi pleure son assassinat

 

DSC 2321Dans l’avant-midi du 13 juillet 2016, l’ancienne ministre et députée burundaise de l’Assemblée de la communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EALA), Hafsa Mossi, a été assassinée dans le quartier de Gihosha au moment où elle sortait de son domicile. Un véhicule immatriculé en Tanzanie lui aurait coupé la route et un homme a ouvert le feu avec un pistolet avant de prendre le large. La victime est décédée avant d’arriver à l’hôpital. Ici nous voulons vous parler un peu de sa biographie.

 

Femme politique et membre du parti au pouvoir, Hafsa Mossi est née à Makamba en 1964. Elle a fait ses études primaires à Makamba de 1971 à 1977 avant d’entrer au secondaire au lycée de Buye et à l’athénée de Rubanga où elle a obtenu le certificat homologué des humanités complètes en 1984. Elle a fait ses études supérieures à l’école de journalisme de 1984 à 1987.
Quant à son parcours professionnel, Hafsa Mossi a été journaliste à la radio télévision nationale du Burundi de 1987 à 1990. Elle a même été chef de la section Swahili de 1990 à 1993. Hafsa Mossi a été également journaliste producteur à la South african broadcasting corporation et en même temps correspondante de la British broadcasting corporation (BBC) et de la Deutche Wellé de 1993 à 1997. De 1998 à 2005, elle a été journaliste producteur à la BBC.
Toujours dans son parcours professionnel, Hafsa Mossi a été, de 2005 à 2007, conseillère principale chargée de la presse et communication et porte - parole du président de la République. De 2007 à 2009, elle a été nommée ministre de la Communication et ministre à la présidence chargée des Affaires de la Communauté est-africaine. Avec les élections de 2010, Hafsa Mossi a été élue députée ici au Burundi et, au moment de son assassinat, elle était députée de l’Assemblée de la communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EALA).

ASTERE NDUWAMUNGU

 

Ouvrir