Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Nyanza-Lac> Dialogue interburundais

Ecrire toutes les lois en Kirundi

 

La Commission nationale du dialogue interburundais (CNDI) a organisé le Jeudi 9 juin 2016, un dialogue interburundais en commune Nyanza-Lac de la province de Makamba. Les activités étaient pilotées par le président de cette commission, Mgr Justin Nzoyisaba. Certains intervenants ont demandé d’écrire toutes les lois en Kirundi.

 

DSC 1592Dans son mot d’accueil, l’administrateur de la commune Nyanza-Lac, Jean-Claude Nduwimana a indiqué que la paix et la sécurité y sont totales. Même la plupart de ceux qui avaient fui,ces derniers jours, suite aux rumeurs qui circulaient dans le pays,ont regagné leurs ménages. Avis partagé avec le gouverneur de la province de Makamba, Gad Niyukuri. Le président de la CNDI a, quant à lui, demandé à la population de s’exprimer librement et tranquillement car leurs contributions seront prises en considération. Il était demandé à la population de trouver des solutions qui rassemblent tous les Burundais afin de rétablir la paix et la sécurité durables dans le pays.
Avant de commencer les activités, Yakubu Nahayo, un des membres de cette commission, a fait un bref aperçu sur l’historique des élections au Burundi depuis 1961 à 2015. En cette période, toutes les élections organisées ont été caractérisées par des troubles et des violences.

Réviser certains articles de la Constitution

Pour que la paix et la sécurité durables s’établissent dans le pays, certains intervenants ont proposé de réviser la Constitution car certains articles se contredisent. Concernant l’Accord d’Arusha, certains intervenants ont proposé de le supprimer, d’autres de transférer les bonnes conclusions de cet accord dans la Constitution avant de les supprimer. Il faut que les politiciens acceptent le verdict des urnes,ont ajouté les intervenants.

Ecrire toutes les lois en Kirundi

La plupart des Burundais n’ont pas étudié, certains intervenants ont proposé d’écrire toutes les lois en Kirundi pour qu’elles soient consultées par la majorité de la population burundaise. D’autres ont souhaité des séances de formation patriotique à l’endroit de la jeunesse. Car cette dernière est souvent manipulée par certains politiciens. Ils ont ajouté qu’il faut créer de l’emploi dans le but de diminuer le nombre de chômeurs qui sont aussi manipulés par les politiciens qui veulent déstabiliser le pays. Puisque certains partis politiques se retirent des élections avant le terme, certains intervenants ont demandé de mettre en place une cour spéciale chargée de suivre de près ces partis et de les sanctionner en cas de retrait.

Une justice indépendante

Certains intervenants ont souhaité que la justice soit indépendante pour sanctionner les malfaiteurs. Il faut éviter l’impunité, source du désordre dans le pays,ont-ils ajouté. Ils ont également proposé que tous les malfaiteurs soient traduits en justice sans distinction d’ethnie ou d’appartenance à tel ou tel parti politique. D’autres intervenants ont souhaité que le dialogue se fasse uniquement à l’intérieur du pays. Puisque le Burundi est un pays indépendant et souverain, il ne faut pas que les autres pays s’ingèrent dans les affaires burundaises.

Supprimer les partis politiques qui n’ont pas de membres

Certains intervenants ont proposé d’éviter de donner des responsabilités au Burundais ayant d’autres nationalités.Il faut aussi que la Ceni soit composée par des personnes issues de tous les partis politiques. Pour d’autres, il faut réécrire l’histoire du Burundi. Pour éviter l’encombrement des partis politiques, il faut effacer sur la liste, ceux qui n’ont pas de membres. D’autres intervenants ont proposé la révision des lois régissants les organisations de la société civile car, ces derniers jours, certaines d’entre elles ont causé des troubles dans le pays.

Emélyne Iradukunda

 

Ouvrir