Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Les veillantes> Part dans le développement des enfants

Actuellement, les enfants vivant avec le handicap sont traités de la même manière que les autres enfants. Ils ont les mêmes droits dans la société et dans leurs familles que tous les autres enfants. Quelle est la part de l’association des femmes vivant avec handicap dans leur développement ? Anne-Marie Nduwimana y répond.enfant12

Selon Anne Marie Nduwimana, membre de l’association des femmes handicapées « Les Vaillantes », les enfants vivant avec le handicap sont actuellement plus ou moins bien traités dans la société  burundaise par rapport aux années antérieures. Les années passées, ces enfants étaient cachés par leurs parents. Il y avait  même des parents  qui disaient que mettre au monde un enfant avec un handicap était considéré comme une malédiction. « Ils étaient mal traités et dans leurs familles respectives et par le reste de la société. A cette époque, ils ne recevaient même pas de soins de santé quand ils tombaient malades car leurs parents disaient qu’ils étaient déjà morts, précise-t-elle.

Une participation massive à la scolarisation

 « Grâce à la sensibilisation organisée par notre association sur la participation massive à la scolarisation des enfants vivant avec le handicap, les parents ont répondu à notre appel. L’on a remarqué que les enfants sont mieux considérés dans le milieu scolaire mais aussi dans la société par rapport aux années passées », affirme Mme Nduwimana avant d’ajouter qu’elle est satisfaite de la participation de ce genre d’enfants dans les écoles. Aujourd’hui, les enfants de cette catégorie sont vaccinés et reçoivent des soins de santé au même titre que les autres enfants normaux.Seulement elle déplore que certains enfants en situation de handicap travaillent dans des conditions parfois difficiles car certaines écoles ne répondent pas  aux conditions exigées par l’état physique de ce genre d’enfant. 

Apprendre un métier

Pour les enfants vivant avec handicap qui ont dépassé l’âge d’aller à l’école, Mme Nduwimana indique que l’association sensibilise leurs parents afin de les mettre dans des écoles des métiers. Le but est que ces enfants puissent apprendre des métiers qui les aideront à vivre et à faire vivre leurs familles à l’avenir. Beaucoup d’entre eux apprennent la couture. Après la formation ils sont appelés à rejoindre les coopératives afin de travailler avec les autres, termine Mme Nduwimana.

Eliane Renilde Nduwimana (stagiaire)

Ouvrir