Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ARTS> Initiative de Fabrice Nijimbere

Dans le cadre de lutter contre le chômage et chercher à s’auto-développer, certains étudiants se lancent dans l’apprentissage de divers métiers à côté de leurs diplômes universitaires. Dans un entretien avec Fabrice Nijimbere en date du 22 juin 2020, il a indiqué qu’il exerce un métier de peinture et de dessin pour trouver des moyens  lui permettant de financier ses études et se préparer à créer un emploi  mais aussi pour éviter d’attendre tout de l’Etat.  FABI 3

Fabrice Nijimbere est un étudiant à l’université du Burundi dans la faculté des Lettres et sciences humaines, au département de Langue et littérature anglaises. Celui-ci dit qu’il a décidé d’étudier dans le domaine des langues pour que ces dernières sont complémentaires à son métier de peinture et de dessin qu’il exerce quand il a le temps. M. Nijimbere a essayé de nous raconter l’origine de son inspiration au métier de peinture et de dessin. «C’est au moment où j’étais à l’école primaire que j’ai  senti le besoin d’apprendre à dessiner. A cette époque, je dessinais principalement des cartes, des fleurs et des figures pour mes camarades. Quand j’étais en dixième année, lors de l’orientation, mes camarades de l’école ont été surpris lorsqu’ils ont entendu que j’ai opté pour l’Ecole Technique Secondaire d’Art de Gitega(ETSA Gitega). Ils m’ont proposé d’étudier au moins la section scientifique B ou les Lettres modernes, des Sections qui pouvaient me conduire à l’université très facilement», a-t-il dit. « Mais je suis resté sur ma décision. Arrivé à ETSA, j’y ai rencontré d’autres artistes, c’est un établissement qui m’a beaucoup aidé et renforcé mon inspiration», a-t-il ajouté. Notre interlocuteur a fait savoir que les revenus qu’il gagne dans son métier  l’aident à répondre principalement aux besoins primaires, comme pour s’acheter des habits, des chaussures, des photocopies pour les syllabus ainsi que des frais de déplacement. Il a expliqué qu’il doit continuer à améliorer son métier afin de préparer son propre emploi à exercer à la fin des études. Cet artiste a terminé en disant que c’est aussi dans le but de lutter contre le chômage qu’il désire persévérer dans son métier sans tenir compte de son niveau universitaire. Il a conseillé aux autres étudiants ainsi qu’à jeunesse, en général, à développer leurs talents pour leur avenir.    

CLAUDE HAKIZIMANA (STAGIAIRE)

Ouvrir