Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE EN CHARGE DES AFFAIRES DE LA CEA> Cérémonies de remise et reprise

Des cérémonies de remise et reprise ont été organisées, le jeudi 2 juillet 2020, entre le ministre entrant chargé des Affaires de la Communauté est-africaine (CEA), de la jeunesse, de la culture et des sports, Ezéchiel Nibigira et les trois ministres sortants à savoir la ministre  ayant la jeunesse dans ses attributions Evelyne Butoyi, celle en charge de la culture et des sports, Pelâte  Niyonkuru ainsi que celle en charge des Affaires de la Communauté est-africaine, Isabelle Ndahayo. Parmi les dossiers prioritaires pour le nouveau ministre Nibigira figure le plaidoyer pour l’utilisation du français comme l’une des langues officielles au sein de la CEA.affaires


Dans une interview accordée à la presse après  les cérémonies de remise et reprise avec tous ces différentes ministres,  le nouveau ministre ayant les Affaires de la CEA dans ses attributions, Ezéchiel Nibigira  a d’abord indiqué que, pour ce qui concerne le département chargé des Affaires de la CEA, il va beaucoup s’atteler, en collaboration avec les cadres et agents du ministère,  à un suivi régulier de tous les dossiers qui sont déjà traités ou qui sont en cours de traitement au niveau de la communauté. « Et plus particulièrement, nous allons faire de notre mieux quitte à ce que la langue française puisse être  une des langues officielle utilisées au sein de notre communauté », precise M. Nibigira. 

Travailler pour que chaque Burundais puisse avoir à manger,

Au niveau du département de la jeunesse, Ambassadeur Nibigira a  souligné que dans le but de mettre en œuvre  la politique du chef de l’Etat  burundais de renforcer le mouvement associatif des jeunes en faveur du développement, il va essayer de renforcer l’encadrement des jeunes au niveau de tout le pays. M.Nibigira rappelle aussi que dans cette politique,  le  chef de l’Etat burundais  a souligné que chaque personne ici au Burundi doit avoir à manger, et que chaque poche doit avoir de l’argent. « Alors, en tant que ministre en charge de la Jeunesse, je dois tout faire pour alimenter mes hommes de troupes qui sontles jeunes. Ma tâche sera de prendre les devants pour les aider et les organiser dans des mouvements associatifs», rassure-t-il.  Quant aux jeunes burundais, il les interpelle  à se mettre ensemble afin de  créer leurs propres activités génératrices de revenus. Ce qui pourra contribuer à l’augmentation de la production    et du développement du pays. « Avec l’augmentation de la production nationale, la jeunesse en particulier et la population burundaise toute entière aura à manger »,  affirme M. Nibigira.

Perdre son histoire est synonyme de périr

Revenant sur le département de la Culture, M. Nibigira informe qu’un peuple qui n’a pas d’histoire est considéré comme un peuple qui périt. Il rappelle alors que le peuple burundais a une multitude de choses qui marquent son histoire. « Dans cette même perspective,  et avec mes collaborateurs, nous allons mettre un accent particulier  sur le renforcement de la culture burundaise », insiste M. Nibigira, tout  en informant qu’actuellement, la majorité des jeunes burundais ne connaissent pas les principaux fondements de la culture burundaise.S’agissant de la mise en œuvre des différents projets en cours d’exécution et les programmes qui ont  été mis en place par l’ancien chef de l’Etat  feu Pierre Nkurunziza le ministre Nibigira  précise qu’en tant que membre du gouvernement, tous les projets et programmes qui ont été initiés par l’ancien chef de l’Etat seront tous exécutés.


Avit Ndayiragije

Ouvrir