Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CNAP> Bilan semestriel sur l’évolution des incidents sur la violence armée

« Un total de 278 incidents de violence armée a été enregistré avec plus de 392 victimes »

 

DSC05089Mise en place dans le but de collecter les données sur les différents incidents des violences armées au Burundi, la Commission nationale permanente de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres (Cnap) à travers l’observatoire des violences armées au Burundi (OVA)  est satisfaite du pas déjà franchi en matière de la collecte et la gestion des armes au niveau national. Et c’est un travail qui a beaucoup contribué  à la réduction de la détention illégale des armes  à l’endroit des populations. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du journal « Le Renouveau », Laurent Kabura, président de la Cnap, a d’abord indiqué qu’au sein de cette dernière, le travail de collecte des données et de lutte contre la détention illégale des armes  à l’endroit de la  population burundaise a été bien effectuée au cours de l’année 2018. « Et à la suite des rapports trimestriels et semestriels qui ont été produits au cours de cette même période,  nous sommes très satisfait du pas déjà  franchi», a affirmé M. Kabura. Ce dernier  a ensuite ajouté que selon les données qui ont été collectées par l’OVA au cours de la période allant de juillet à décembre, un total de 278 incidents de violence armée a été enregistré avec plus de 392 victimes. Tenant compte des résultats qui ont été enregistrés dans le dernier rapport. il a précisé qu’il y a une nette amélioration de la réduction des incidents des violences armées au Burundi.

« Parmi les cas de violence rapportés, les conflits fonciers viennent en première position »

A la question de savoir les principales origines des incidents de violence armée rapportés au cours de ce semestre écoulé, le président de la Cnap a informé que le même rapport montre que les conflits fonciers viennent en première position avec une proportion de 26,62%. M. Kabura a signalé que cela s’observe par les cas des assassinats, du banditisme et de l’ivresse avec plus de 28,05% des incidents répertoriés au cours de cette période ainsi que 7,91% des incidents liés aux violences conjugales.Concernant  les catégories des personnes les plus touchées, M. Kabura a  mentionné qu’au cours de cette même période, les hommes sont les plus touchés par rapport aux femmes, avec une  proportion de 33,1% des victimes ayant un âge compris entre trente-cinq ans et quarante-quatre ans. « De même que sur les auteurs, les hommes viennent en premier lieu avec 49,77% des auteurs d’un âge compris entre vingt-cinq ans et trente neuf ans », a-t-il précisé.

« La province de Ruyigi, parmi les plus touchées par les incidents »

S’agissant des provinces les plus touchées, M. Kabura a informé que la province de Ruyigi est la plus touchée par des incidents des violences armées au cours de ce dernier semestre, avec précisément une proportion de  44 incidents, suivie des provinces de Karusi  et Bujumbura avec respectivement 24 et 22 incidents enregistrés. « Et ce sont les armes blanches qui ont été les plus utilisées pour commettre ces violences », a-t-il signalé. Pour terminer, le président de la Cnap a rappelé qu’au moment où la majorité des conflits fonciers ont été réglés par force au lieu d’être régler à l’amiable, surtout par les justiciables qui ne sont pas satisfaits, il a demandé aux instances judiciaires de travailler convenablement pour que tous ces problèmes de conflits soient réglés par une justice équitable.

Avit Ndayiragije

Ouvrir