Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Musée national de Gitega> Etat des lieux

A peu près 3 700 000 FBu ont été récoltés de janvier à octobre 2014

 

Le musée national de Gitega a été fondé en 1955 par la tutelle belge. C’était en guise de remerciement parce que le Burundi avait participé à la Deuxième guerre mondiale. Le but fixé était de pouvoir rassembler ou collecter tout ce qui a caractérisé le Burundi d’avant la colonisation. Ce musée reçoit en moyenne vingt à cinquante visiteurs par semaine.

 

DSC 0514Pascal Ndayisenga, conservateur adjoint du Musée national de Gitega a indiqué qu’en fixant cet objectif, les Belges avaient peur que la génération montante ne perdît cette richesse. Les objets trouvés dans ce musée sont l’archéologie ( la pierre taillée), les métiers (la forge, l’élevage bovine, l’agriculture, l’habillement et l’ornement, la poterie, la menuiserie), la vie en générale à la Cour du roi. Pour que ces objets restent en bon état, les ambassades d’Allemagne, de Belgique et des Etats-Unis, ont doté le musée des vitrines permettant aux objets de rester en bonne forme.

Sa fréquentation dépend de la situation sociopolitique du pays

Après le départ des Belges, le Musée national de Gitega a connu beaucoup de mutations. La fréquence des visiteurs dépend de la situation sociopolitique du pays. « Chaque fois que le pays a connu de bons moments, le musée a été beaucoup fréquenté. S’il y a des rumeurs dans le pays, cela se répercute sur la fréquence des visites au Musée national de Gitega», a précisé M.Ndayisenga.
D’après le conservateur adjoint dudit musée, la moyenne des visiteurs est satisfaisante. «Nous avons en moyenne vingt à cinquante visiteurs par semaine. De janvier au 30 octobre 2014, le Musée national de Gitega a récolté

à peu près 3 700 000 FBu ».
Le problème majeur est lié au manque de fonds pour pouvoir sillonner toutes les communes et provinces afin de collecter les objets qui sont encore aux mains de la population. Pascal Ndayisenga souhaite que ce musée soit agrandi car il est très exigu et que les médicaments traditionnels fassent objet du Musée national de Gitega.
L’importance du musée est de conserver, d’éduquer et de sauvegarder cette richesse qui a caractérisé notre pays dans le passé.
Yvette Irambona

Ouvrir