Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Police nationale>Exercices de formation sur terrain

Les policiers doivent savoir gérer les actes terroristes

 

DSC 1386Le mardi 5 septembre 2017, la Police nationale du Burundi a organisé des exercices de formation terrain sur la gestion des actes terroristes. De tels exercices seront organisés chaque année et avant la fin de cette année, d’autres exercices mixtes et élargis seront organisés. 

 

Après ces exercices, le chef-adjoint du Bureau chargé du renseignement  et directeur de l’exercice, OPC 1  Jean de Dieu Niyongabo, a fait savoir à la presse que l’exercice a été organisé dans le cadre de la demande d’une organisation régionale qui regroupe les chefs des commandants des corps de police des treize pays qui composent l’Afrique orientale. Celle-ci exige que chaque année, tout pays membre organise ce type d’exercices. Pour lui, l’objectif est de lutter contre le terrorisme et les actes terroristes par des techniques modernes. « Comme il s’agissait du premier exercice, celui-ci n’a concerné que les seuls policiers. Mais puisque l’activité ne concerne pas la police seulement, dans les exercices qui seront organisés ultérieurement et avant la fin de cette année, nous incorporeront des civiles, des administratifs et des ministères techniques divers» a-t-il souligné.  

Lutter contre le terrorisme, un travail de synergie

M. Niyongabo a ajouté que la lutte contre le terrorisme est le travail de synergie. « Le travail de lutte contre les actes terroristes est un travail de synergie qui demande une force et une technique adéquates. Pour bien lutter contre le terrorisme, il faut se baser sur quatre piliers qui sont la prévention, la répression, la protection des infrastructures sensibles et savoir gérer l’attaque. C’est pourquoi il faut des gens formés en techniques y relatives, d’où les militaires, les services de renseignement et des civils », a-t-il fait entendre.Il n’a pas manqué de dire que le terrorisme est un acte qui hante le monde entier d’où le Burundi doit se préparer à temps car il ne sait quand l’attaque du terroriste surviendra. La population burundaise doit pour cela se sentir concernée par la lutte contre le terrorisme. C’est elle qui doit renseigner et informer les organes habiletés.Comme c’est pour la première fois ces exercices ont été organisés par la police œuvrant dans la municipalité de Bujumbura. Le souhait et de les organiser au niveau régional.

JEAN BOSCO NKUNZIMANA

Ouvrir