Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MFPTE> Formation des cadres provinciaux sur la politique de gestion des performances

Pour pallier les défis de l’administration publique

 

mfpLe ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi via le projet d’appui à la mise en œuvre du Programme  national de réforme de l’administration publique (PNRA) a procédé, le mercredi 6 septembre 2017 à l’ouverture d’un atelier de formation à l’endroit des responsables des bureaux provinciaux de la santé, de l’éducation et de l’agriculture à Gitega. C’était sur la politique de gestion des performancesdans le secteur public et ses outils de mise en œuvre. 

 

Dans son discours d’ouverture, le ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Félix Mpozeriniga, a fait savoir que cette formation est organisée dans l’objectif de pallier divers défis provoquant ainsi un disfonctionnement dans le secteur public. Pour y arriver, il a indiqué que le PNRA vise à capitaliser les acquis des réformes déjà envisagées selon quatre axes. Il s’agit, entre autres, de restaurer les capacités de direction et de conception du gouvernement burundais ; restaurer les principes de gestion des agents publics autour des valeurs d’équité, de transparence et de performance. Le troisième axe qui a fait d’ailleurs l’objet de ces assises est de  mettre la performance de l’administration au service de citoyens alors que le dernier axe concerne la création des conditions de développement des Technologies de l’information et de la communication au service des citoyens. En effet, le ministre Mpozeriniga a expliqué que le diagnostic de l’administration publique burundaise dans le cadre PNRA a conclu à un disfonctionnement de l’Etat burundais en tant que système administratif global. Il a précisé que ce disfonctionnement est dû à une organisation peu rigoureuse et à des procédures de coordination peu définies. M.Mpozeriniga a informé que les conséquences de cette situation sont aggravées par une excessive  centralisation des processus de décision. « Il en est ainsi du nombre trop  élevé de structures qui alourdit les charges de coordination et empêche, dans un  environnement de rareté des ressources, de les doter convenablement des moyens nécessaires.

Déconcentration de certains documents

Il a dit que la formation sur la gestion des performances dans le secteur public et ses outils de mise en œuvre va permettre d’évaluer en permanence les performances institutionnelles et individuelles dans les structures respectives.Quant à la directrice nationale du PNRA, Marie Rosette Nizigiyimana, elle a indiqué que le manque de collaboration de différents ministères concernés au moment de l’élaboration des projets de lois conduisant à la contradiction de différents articles de textes de lois et l’iniquité au niveau de la gestion des ressources humaines dans l’administration publique sont les principaux constats qui ont conduit à l’élaboration du programme national de réforme de l’administration publique.Comme travail déjà accompli dans ce domaine, elle a précisé que le PNRA a fait une étude sur l’état des lieux, l’élaboration d’un texte contraignant les ministères à collaborer au moment de la préparation des textes de lois avant analyse au Conseil des ministres.Il y a aussi la déconcentration des documents délivrés uniquement en mairie de Bujumbura, notamment la déclaration, les documents de voyage, le permis de conduire. « Avec l’appui du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), nous avons déjà réhabilité les bureaux services qui vont délivrer ces documents. Il s’agit de cinq provinces, à savoir Ngozi, Muyinga, Gitega, Mwaro et Bururi », a-t-elle ajouté.Selon l’un des participants, Emile Emeriyo, cette formation va l’aider à améliorer ses performances.  « Nous avons appris qu’il faut faire chaque fois la  planification des activités et en évaluer la mise en œuvre régulièrement à chaque niveau », a souligné M. Emeriyo.

Vincent Mbonihankuye

Ouvrir