Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> La rentrée des classes n’est pas une mince affaire

Par ordre de priorités dans la hiérarchie sociale, le grand événement tant attendu chaque année, en ce mois de septembre, s’appelle la rentrée scolaire qui s’est déjà produite, lundi dernier, dans certains établissements scolaires privés, mais attendue lundi prochain dans ceux du secteur public. Les nombreuses écoles que compte notre pays ouvriront leurs portes pour accueillir un nombre important d’écoliers et d’élèves dont certains parmi les écoliers vont découvrir pour la première fois, avec une émotion inoubliable, la saveur du droit à l’éducation que le colonisateur avait nié pour des générations de leurs aînés. C’est pourquoi l’intérêt qui entoure la rentrée scolaire aux yeux du ministère en charge de l’éducation, aux yeux des parents et des enseignants est juste et légitime. Partout dans le monde, la rentrée scolaire est chargée de signification politique, économique, sociale et culturelle parce que les fonctions du système éducatif considéré font d’elle un repère essentiel du projet de société envisagé ou en cours de construction.Par ordre de priorités dans la hiérarchie sociale, le grand événement tant attendu chaque année, en ce mois de septembre, s’appelle la rentrée scolaire qui s’est déjà produite, lundi dernier, dans certains établissements scolaires privés, mais attendue lundi prochain dans ceux du secteur public. Les nombreuses écoles que compte notre pays ouvriront leurs portes pour accueillir un nombre important d’écoliers et d’élèves dont certains parmi les écoliers vont découvrir pour la première fois, avec une émotion inoubliable, la saveur du droit à l’éducation que le colonisateur avait nié pour des générations de leurs aînés. C’est pourquoi l’intérêt qui entoure la rentrée scolaire aux yeux du ministère en charge de l’éducation, aux yeux des parents et des enseignants est juste et légitime. Partout dans le monde, la rentrée scolaire est chargée de signification politique, économique, sociale et culturelle parce que les fonctions du système éducatif considéré font d’elle un repère essentiel du projet de société envisagé ou en cours de construction.La rentrée scolaire n’est pas une mince affaire. Comme chaque année, en cette période, les parents vont devoir rogner sur leurs économies, les épuiser parfois, pour faire face aux exigences imposées par elle. La rentrée des classes a toujours été l’objet de mûres réflexions, d’intenses et efficaces préparatifs, de mesures et dispositions pratiques bien étudiées, en fonction de prévisions rigoureusement établies. D’où le succès qui rassure et satisfait les parents légitimement soucieux de l’avenir de leurs enfants, et les responsables des secteurs de l’éducation qui consentent de louables efforts pour assumer leur noble mission. Planification, rigueur, coordination, prévision : telles sont les armes infaillibles de chaque rentrée scolaire.Le secteur de l’éducation est un secteur où les problèmes ne manquent pas : surpopulation des classes, échecs scolaires, redéploiement des enseignants, insuffisance du matériel pédagogique, déperditions scolaires, enseignements peu qualifiés et bien d’autres inhérents à ce secteur. C’est pourquoi toutes les rentrées des classes ont toujours imposé d’intenses préparatifs, dans un style de travail consistant notamment à faire appel systématiquement à la participation de tous ceux qui bénéficient d’une féconde expérience en ce domaine pour trouver, dans une approche sereine et méthodique, les meilleures façons d’organisation, de gestion et d’enseignement, pour faire aboutir l’engagement résolu du ministère ayant en charge l’éducation, à conduire le secteur de l’enseignement vers la modernité, en le situant constamment parmi les grandes priorités nationales, conformément aux vœux du gouvernement qui est tout à la fois l’initiateur et le plus sûr garant des réformes déjà engagées et à engager dans divers domaines de la vie de la nation.L’année scolaire qui vient de s’achever est à marquer d’une pierre noire pour certains établissements scolaires où les échecs ont été massifs, plaçant le ministère en charge de l’éducation dans l’obligation d’en fermer neuf d’entre eux, n’ayant pas satisfait aux conditions exigées pour garder les portes ouvertes. A l’évidence, la question devient : pourquoi tant d’échecs ? Nous ne disons pas que cela ne s’est jamais fait, mais nous aimerions toujours voir et revoir autour d’une même table des spécialistes techniques, des gestionnaires, des planificateurs, des concepteurs, des pédagogues, enfin tous ceux qui sont concernés directement par le secteur de l’éducation, le but étant de rassembler les compétences les plus actives, et instaurer un très large débat pour analyser sereinement les paramètres négatifs défavorables au développement rationnel de l’enseignement dans nos établissements scolaires, avant de dégager des solutions devant naturellement passer par une bonne concertation. Comment donc réaliser la jointure entre nos moyens, nos compétences et nos ambitions ?

Louis Kamwenubusa

Ouvrir