Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ANNEE SCOLAIRE 2017-2018> Réactions des élèves après l’annonce de la date de la rentrée scolaire

Certains sont ségoués par l’annonce de la rentrée scolaire pour le 11 septembre

 

Maintenant l’incertitude est levée, la rentrée scolaire 2017-2018 est fixée pour ce lundi le 11 septembre 2017. Différentes réactions s’observent alors chez les élèves après avoir entendu qu’il ne leur reste que cinq jours seulement pour reprendre l’école. C’est le constat de la rédaction du journal Le Renouveau après un entretien avec certains de ces derniersl’après-midi de ce mardi 5 septembre, après l’annonce de ladite date. 

 

Beaucoup sont contents de regagner le milieu scolaire mais cette joie n’est pas  partagée par tout le monde. Ceux qui vont reprendre l’année se sentent mal d’aller continuer dans la même classe avec leurs cadets, mécontents aussi sont ceux dont le matériel scolaire n’est pas encore disponible.Un élève rencontré à Kiriri a précisé qu’il attendait impatiemment cette date puisqu’il a soif de se voir en train d’étudier dans une  classe post- fondamentale. Les autres sont du même avis que ce dernier disant qu’ils ont envie de voir les programmes des classes suivantes. Les élèves du fondamentale eux, signalent les retrouvailles avec leur camarades de classe comme objet de leur joie.De l’autre côté, certains élèves sont secoués par l’annonce de la rentrée scolaire pour le 11 septembre. Il s’agit premièrement des élèves dont leurs parents  ont connu divers problèmeset qui n’ont pas encore  acheté le matériel scolaire à leurs enfants. « Je ne vois pas comment je me présenterai à l’école ce lundi alors que jusqu’à maintenant je n’ai ni cahiers, ni uniformes,  mes parents ayant eu un problème de santé », crie un élève rencontré à Kanyari. Les autres  disent qu’ils n’ont pas encore eus tout le nécessaire.Les élèves qui vont reprendre l’année se disent eux aussi  émus par cette annonce de la date de la rentrée scolaire car ça actualise lapeine de leur échec. «Après avoir entendu que je regagnerai l’école ce lundi, je me suis souvenu que je n’avancerai  pas de classe, et la peine que j’ai eu le jour de la proclamation me revient », dit un redoublant. Des complexes à étudier avec ses supposés inférieurs restent  une préoccupation pénibles pour ces derniers.

Eric Sabumukama (Stagiaire)

Ouvrir