Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

API>Atelier de formation à l’intention des exportateurs

Leur apprendre les normes et standards exigés par le marché international

 

DSC 0002L’Api (Agence burundaise pour la promotion des investissements) a organisé un atelier de formation à l’intention des exportateurs et exportateurs potentiels le mardi 5 septembre 2017. Parmi les missions statutaires de l’Api figure la promotion des exportations d’où le but dudit atelier était de leur apprendre les normes et standards exigés par le marché international. 

 

Dans son discours d’ouverture des travaux de cet atelier, le directeur de l’Api, Didace Ngendakumana, a indiqué que, dans le cadre de développer l’économie du Burundi, l’Api contribue à la multiplication des entreprises orientées vers l’exportation. Les petites et moyennes entreprises (PME) et les industries sont incontournables dans l’orientation de l’économie d’une nation. Parmi les missions de l’Api, M. Ngendakumana a précisé que la promotion des exportations occupe une place de choix.Selon lui, l’organisation dudit atelier rentre dans le cadre de vulgariser les normes et standards exigés par le marché international afin de permettre aux exportateurs burundais de s’y préparer en conséquence puisque dans le temps, il s’est observé des refoulements des produits en provenance du Burundi car, ne remplissant pas les conditions de réglementation en vigueur. Il importe donc de préparer nos exportateurs et ceux qui sont potentiels. « Nous voulons donc préparer les exportateurs à être des industries agro-alimentaires, ceux qui opèrent dans le secteur des matériaux de construction, etc. pour qu’ils mettent leurs produits en conformité avec les normes et standards exigés par le marché international», a déclaré M. Ngendakumana.

Augmenter les devises par l’amélioration de la qualité des produits exportés

Selon Ngendakumana, l’Api est consciente de l’existence de certains défis tels que le manque de courant, la carence des devises, les procédures administratives qui prennent trop de temps, etc. Mais ensemble et en menant de tels ateliers visant à améliorer la qualité des produits burundais exportés, les devises finiront par être au beau fixe au Burundi. Quant à l’insuffisance de l’énergie, il se dit confiant que selon les propos du ministre en charge de l’énergie, bientôt la question du déficit énergétique finira par être résolue et ainsi les investisseurs vont s’intéresser davantage au Burundi.Sachant que l’exportation se trouve encore au stade embryonnaire au Burundi, poursuit Didace Ngendakumana, et conscients de l’importance de l’exportation dans le développement du pays, les exportateurs potentiels ont besoin d’apprendre la réglementation internationale pour développer ensuite ce secteur quasi- inexploité.
AMEDEE HABIMANA

Ouvrir