Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SENAT> Séance plénière

Le gouvernement a pris les dispositions nécessaires pour créer la province de Rumonge

 

Le ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana était le mardi 3 mars 2015 l’invité du Sénat pour exposer les motifs du projet de loi portant création de la province de Rumonge, et de la délimitation de cette dernière et des provinces de Bujumbura et Bururi. Le projet de loi a été adopté à l’unanimité.

 

DSC 4797Gabriel Ntisezerana a présidé la séance plénière du mardi 3 mars 2015. Les sénateurs ont adopté le calendrier de cette semaine avant d’entrer dans l’analyse du projet de loi dont les conclusions étaient tant attendues par la population de Rumonge et les élus de cette circonscription: la création d’une province à part entière. Le ministre Edouard Nduwimana a, dans son exposé des motifs, rappelé que le gouvernement du Burundi a depuis un certain nombre d’années adopté la politique de décentralisation et de la déconcentration de l’administration publique en général et de l’administration territoriale en particulier dans le but d’impliquer davantage la population dans la gestion des affaires publiques et de rendre les services publics plus proches et accessibles à la population bénéficiaire.

Une réponse aux demandes répétitives des natifs et non aux quelconques visées politiciennes

Ceux qui croient que la création de la province de Rumonge sera un instrument de propagande, ou que le découpage électoral aurait motivé cette politique se trompent énormément. En effet, explique M. Nduwimana, cet acte vient répondre aux préoccupations de quatre cent mille habitants des communes Rumonge, Burambi et Buyengero, de la province de Bururi et celles de Muhuta et Bugarama de la province de Bujumbura qui ne cessaient de réclamer qu’on leur facilite l’accès aux services publics. Etant donné que ce projet de loi intervient après le vote du budget général de l’Etat, l’invité du jour a rassuré que la création de cette province a été prise en compte dans l’élaboration du projet de ce budget. Une fois donc créée, elle n’aura pas de problème, que ce soit au niveau des ressources humaines, des moyens financiers ou autres. Si le budget fait défaut, la révision budgétaire pourra permettre de corriger ce qu’il y aura à corriger à ce niveau.

Alfred Nimbona

 

ASSEMBLEE NATIONALE> Séance plénière

Deux projets de loi, dont celui portant création de la province de Rumonge, adoptés

 

Les députés se sont réunis en séance plénière, le mercredi 25 février 2015. Ils ont analysé et adopté le projet de loi en rapport avec la coopération entre le Burundi et le Maroc et celui portant création de la province de Rumonge et délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.

 

DSC 0009Concernant le projet de loi portant accord cadre de coopération entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement du royaume du Maroc, Laurent Kavakure, ministre ayant la coopération dans ses attributions a fait savoir que ce projet a été motivé par le fait que les deux pays nouent de bonnes relations.
Il a fait savoir que la coopération entre le Burundi et le Maroc est dynamique car elle se caractérise par les échanges, notamment scientifiques et culturelles.
M.Kavakure a par la suite rassuré les députés qu’il existe même d’autres faits concrets qui renforcent et solidifient ces relations. En guise d’exemple, il a indiqué que chaque année, le Maroc accorde des bourses d’études aux jeunes Burundais. Depuis environs trois ans, a-t-il ajouté, le Maroc appuie le gouvernement Burundais dans sa politique de la reconstruction du pays à travers les travaux de développement communautaire en lui donnant des tôles, du ciment et des fers à béton. Les deux pays s’appuient aussi au niveau multilatéral quand il y a des questions qui les rassemblent.
Il a également rassuré que cette coopération ne nuira en rien les relations que le Burundi entretient avec d’autres pays comme l’Algérie qui n’est pas en bons termes avec le Maroc. Ledit projet de loi a été adopté à l’unanimité.

Rumonge, dix-huitième province du Burundi

Le second projet de loi portait sur la création de la province de Rumonge et la délimitation des provinces de Bururi, Bujumbura et Rumonge.
Selon Edouard Nduwimana, par la création de la province de Rumonge, le gouvernement a voulu donner une réponse favorable à la demande de la population de cette localité, qui était longtemps attendue, depuis plus d’une vingtaine d’année.
Il a également souligné qu’en plus d’alléger le fardeau de la population de parcourir de longues distances vers le chef-lieu de leur province, la création de cette nouvelle entité provinciale permettra la coordination, le suivi des activités économiques qui s’y déroulent, l’encadrement de la population, mais également, aidera cette dernière à bénéficier pleinement des services offerts par l’État.
A propos des inquiétudes des députés pour qui la création de cette province aurait des liens avec les prochaines élections, il a fait savoir que ledit projet n’a aucune relation avec les élections.
M.Nduwimana aussi révélé que cette nouvelle province aura une population avoisinant 400 000 habitants venant des communes Rumonge, Buyengero, Burambi, Muhuta et Bugarama qui feront partie de cette nouvelle province.
Ce projet de loi a été adopté par 93 députés sur 96 tandis que trois se sont abstenus.
Bénigne Gahimbare

 

 

Institut Français de Bujumbura> Petit déjeuner de presse

Agenda culturel de juin-juillet 2018

 

DSC 0215La directrice déléguée de l’Institut français de Bujumbura (IFB) Stéphanie Soleansky a présenté le mercredi 13 juin 2018, la programmation culturelle des mois juin-juillet. Il y a eu également présentation du programme de célébration du 40e anniversaire du partenariat entre l’Union européenne (UE) et le Burundi pour 2018. 

 

L’événement du mois de juin est la fête de la musique qui se déroule autour du 21 juin à travers le monde. Au Burundi, l’IFB célébrera cette fête le 23 juin au côté des chanteurs, musiciens choristes, DJ burundais, montrant ainsi la diversité musicale de la capitale. « Cette année, une quanzaine de musiciens ont participé à un workshop durant une semaine avec la chanteuse ougandaise Suzan Kerusen. Ils l’accompagneront pour clôturer cette fête de la musique sous le signe du metissage musical de fusion », a précisé la directrice déléguée de l’IFB. Pendant ce même mois, il est prévu un spectacle d’humour (imitation comique), le café littéraire, le collectif yaga ainsi que du théâtre.      

Cinéma mobile et 40 ans de partenariat entre l’UE et le Burundi

Concernant le mois de juillet,  Stéphanie Soleansky a indiqué qu’il y aura le lancement, en partenariat avec le Festicab, d’un nouveau projet en rapport avec le cinéma en plein air. « Il s’agit des projections des films des réalisateurs burundais et des films internationaux qui se feront dans les quartiers de la capitale Bujumbura ». Ce même cycle circulera en novembre à l’intérieur du pays via les relais de l’IFB. A cet effet, un débat sera organisé avec le public à l’issue de chaque projection. Des activités pour les enfants sont prévues, c’est un programme ludique et éducatif, sans oublier les activités estivales de la médiathèque. Pour ce qui est de la célébration des 40 ans de présence de l’UE au Burundi, l’Ambassadeur de l’UE au Burundi Wolfram Vetter a précisé qu’un partenariat a été initié avec l’IFB afin de proposer différentes activités culturelles et d’échange d’information qui auront lieu  à Bujumbura et à l’intérieur du pays de juin à novembre. Il s’agit des espaces de dialogue à travers l’art, la culture et la connaissance. Il est également prévu une table ronde où sera dressé un état des lieux des progrès réalisés au Burundi dans les différentes composantes du développement rural.                                  Yvette Irambona 

 

Présidence de la République > Conseil des ministres du mardi 12 juin 2018

Le projet de loi portant fixation du budget général de l’Etat, exercice 2018/2019, un des points à l’ordre du jour

 

DSC 0182Sous la présidence du chef de l’Etat, le Conseil des ministres s’est réuni pour deux jours, le mardi 12 juin 2018. Il s’agissait d’analyser les différents projets de décrets et de lois qui figuraient à l’ordre du jour dont le projet de décret portant organisation et fonctionnement du ministère de la Communication et des médias.  

 

Comme l’indique le document reçu auprès du secrétariat général du gouvernement,  le Conseil a analysé le projet de loi portant fixation du budget général de l’Etat, exercice 2018/2019 et le projet de décret portant missions, organisation et fonctionnement du ministère des Finances, du budget et de la coopération au développement, qui ont été présentés par le ministre des Finances, du budget et de la coopération au développement économique.Les membres du gouvernement ont également analysé le projet de décret portant organisation du ministère de la Décentralisation et de la réforme institutionnelle, qui a été présenté par le ministre de la Décentralisation et de la réforme institutionnelle; le projet de décret portant missions, organisation et fonctionnement du ministère de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local, présenté par le ministre de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local ; le projet de décret portant organisation du ministère à la présidence chargé de la Bonne gouvernance, présenté par la ministre à la présidence chargée de la Bonne gouvernance ainsi que le projet de décret portant organisation du ministère de la Justice, de la protection civique et garde des sceaux, qui a été présenté par la ministre de la Justice, de la protection civique et garde des sceaux.Selon toujours le même document, le Conseil des ministres s’est aussi penché sur le projet de décret portant réorganisation du ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, qui a été présenté par le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage ; sur le projet de décret portant  révision du décret n°100/196 du 29 juillet 2013 portant réorganisation du ministère des Transports, des travaux publics, de l’équipement et de l’aménagement du territoire, présenté par le ministre des Transports, des travaux publics, de l’équipement et de l’aménagement du territoire ; le projet de décret portant réorganisation et fonctionnement du ministère de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, présenté par le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines ainsi que le projet de décret portant réorganisation et fonctionnement du ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, qui a été présenté par le ministre de la fonction publique, du travail et de l’emploi. D’autres projets analysés par le Conseil des ministres sont le projet de décret portant réorganisation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui a été présenté par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; le projet de décret portant organisation et fonctionnement du ministère de la Communication et médias, présenté par le ministre de la Communication et des médias et le projet de décret portant organisation et fonctionnement du ministère de la jeunesse, des postes et des technologies de l’information, présenté par le ministre de la Jeunesse, des postes et des technologies de l’information. 
Astère Nduwamungu

 

Page 1 sur 1765

Ouvrir